Le patron de Continental confirme sa volonté de fermer Clairoix

ENTREPRISE Une réunion tripartite se tient ce mercredi à Bercy sur l'avenir de l'usine de Clairoix...

MD (Avec agence)
— 
Le président du Conseil d'administration (à gauche), Rolf Koerfer, et le PDG de Continental, Karl-Thomas Neumann, lors d'une réunion des actionnaires du groupe à Hanovre, en Allemagne, le 23 avril 2009.
Le président du Conseil d'administration (à gauche), Rolf Koerfer, et le PDG de Continental, Karl-Thomas Neumann, lors d'une réunion des actionnaires du groupe à Hanovre, en Allemagne, le 23 avril 2009. — JOCHEN LUEBKE/EPA/SIPA

Il ne cèdera pas. Le patron de Continental, Karl-Thomas Neumann, a répété ce mercredi que la fermeture de l'usine Continental de Clairoix était «nécessaire», alors qu'une réunion tripartite, Etat-syndicats-direction, a lieu à Bercy ce mercredi après-midi.

>> Sur le même sujet: la colère des Conti en vidéo
 
Outre Clairoix et Stöcken, d'autres sites européens pourraient également mettre la clef sous la porte. Le patron de l'équipementier allemand Continental, n'a pas exclu mercredi dans un entretien à l'AFP de fermer d'autres usines en Europe, en raison de «surcapacités» dans tous les domaines.
 
Des surcapacités dans tous les domaines

«C'est malheureusement pensable. Parce que la reprise a lieu mais à un niveau très faible», a-t-il déclaré. «Nous avons actuellement des surcapacités, et pas seulement pour les pneus mais dans tous les domaines», a-t-il ajouté. Le mois dernier, Continental a annoncé vouloir fermer deux usines de pneus en Europe, l'une à Clairoix et l'autre à Stöcken. Depuis les salariés se mobilisent pour éviter la fermeture de leur usine. Au total, 1.900 emplois sont menacés.

>> Retrouvez notre dossier spécial sur la fermeture de l'usine Continental à Clairoix, c'est par ici!