Avec le plongeon de l’action Meta, Mark Zuckerberg perd 30 milliards de dollars

JEUDI NOIR Mark Zuckerberg sort du top 10 des personnes les plus riches pour la première fois depuis 2015

P.B.
— 
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, devant le Congrès américain le 10 avril 2018.
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, devant le Congrès américain le 10 avril 2018. — Sipa

Comme la plupart des barons de la Silicon Valley, Mark Zuckerberg est avant tout un « milliardaire de papier ». Tant qu’il n’a pas vendu ses actions, sa fortune reste virtuelle et peut connaître d’importantes fluctuations. Illustration ce jeudi : avec le décrochage du titre Meta, qui a dévissé de 26 % à Wall Street après avoir présenté des résultats en baisse, la valeur nette de Mark Zuckerberg a fondu de 30 milliards de dollars.

Pour la première fois depuis 2015, le dirigeant est sorti du top 10 du classement Forbes des personnes les plus riches. Avec une fortune estimée à 85 milliards de dollars, il évolue actuellement en 12e position, juste devant la famille Bettencourt, et très loin derrière Elon Musk (234 milliards de dollars). Et les turbulences ne sont sans doute pas terminées.

Menaces sur la pub

Meta, la maison mère de Facebook, est attaquée de tous les côtés. Le réseau social a perdu des utilisateurs pour la première fois de son histoire au dernier trimestre, et ses bénéfices trimestriels ont reculé de 8 % sur un an. Concurrence de TikTok, restrictions d’iOS sur le pistage des utilisateurs, monétisation des Reels d’Instagram en demi-teinte… Les facteurs sont multiples. Et Wall Street semble seulement réaliser que 98 % du chiffre d’affaires de Meta provient de la publicité.

Conscient de ces risques – sans parler des menaces de régulation des autorités américaines – Mark Zuckerberg a tenté un coup de poker : tout miser sur le métavers, qu’il considère comme le futur d’Internet, où les casques de réalité virtuelle (VR) et les lunettes de réalité augmentée (AR) remplaceront les écrans de nos ordinateurs et de nos smartphones, pour un Web ultra-immersif.

Problème, avant de pouvoir visualiser un canapé Ikea dans son salon avant de l’acheter ou d’être bombardé de pub comme Tom Cruise dans le film Minority Report, Meta doit investir lourdement dans des technologies coûteuses. Facebook Reality Labs, sa division AR/VR, a perdu 10 milliards de dollars en 2021. Avec un bénéfice annuel qui flirte encore avec les 40 milliards de dollars, et près de 50 milliards de dollars de cash disponible, Facebook a de quoi faire le dos rond pour plusieurs années. Et malgré les doutes de Wall Street et les appels à passer la main, Mark Zuckerberg reste maître de son destin : il contrôle plus de la moitié des voix au Conseil d’administration de Meta.