Avec la reprise du secteur aérospatial, Airbus annonce le recrutement de 6.000 personnes cette année

EMBAUCHES En raison du rebond après deux ans de crise Covid-19, le groupe aérospatial a annoncé qu'il allait lancer une première vague de recrutement

Béatrice Colin
— 
Un bâtiment du groupe aérospatial Airbus (illustration).
Un bâtiment du groupe aérospatial Airbus (illustration). — Auteurs : Airpix/Shutterstock/SIPA
  • Airbus a annoncé ce mercredi qu’il allait embaucher 6.000 personnes au cours de cette année.
  • Après deux ans de crise Covid-19 qui a affecté le secteur, l’avionneur européen recherche de nouvelles compétences pour faire face aux nouveaux enjeux, notamment celui de l’avion vert.

En début d’année, Guillaume Faury avait donné la tendance lors de la conférence de presse de rentrée du Gifas, l’organisme professionnel du secteur aérospatial : la filière compte embaucher en 2022 près de 15.000 personnes. Et  Airbus va largement y contribuer puisque le groupe a annoncé ce mercredi le lancement d’un plan de recrutement de 6.000 personnes sur l’ensemble de ses sites.

Après deux années de Covid et une réduction de ses effectifs alors que le secteur aérien était en pleine crise, le groupe a affiché de bons résultats, notamment dans sa branche aéronautique. Son carnet de commandes nettes de l’an dernier atteint 507 appareils contre 268 l’année précédente. L’avionneur européen a aussi livré 611 avions, en hausse de 8 % comparé à l’année 2020.

Un tiers de jeunes diplômés

« Airbus a fait preuve de résilience tout au long de la crise du Covid et a jeté les bases d’un avenir audacieux pour une aviation durable. Cela ne peut se faire qu’en acquérant les bons talents dans les différents domaines d’expertise qui nous aideront à développer nos activités à la sortie de crise, tout en préparant la transformation à long terme de l’entreprise », a indiqué le directeur des ressources humaines du groupe, Thierry Baril.

Ces 6.000 postes sont une première vague et les besoins seront réévalués au cours de l’année en fonction des besoins. Près d’un quart de ces emplois va « se concentrer sur l’acquisition de nouvelles compétences pour accompagner les projets et l’ambition à long terme de l’entreprise, notamment dans les domaines de la décarbonation, de la transformation numérique et de la cybertechnologie ». Le groupe prévoit qu’un tiers des 6.000 postes seront occupés par des jeunes diplômés.