Continental: «On est là comme des cons à dire "tous ensemble"»

TEMOIGNAGES En marge de la manifestation à Hanovre, les salariés de Clairoix se confient...

Propos recueillis par Angeline Benoit

— 

Le salariés de l'usine Continental de Clairoix manifestent à Hanovre avec leurs collègues allemands, le 23 avril 2009.
Le salariés de l'usine Continental de Clairoix manifestent à Hanovre avec leurs collègues allemands, le 23 avril 2009. — S. ORTOLA / 20 Minutes
«Faudra que l’Etat français se mouille»
Bruno Decourty, 31 ans. Divorcé, une fille de huit ans.

« Je travaille à Clairoix depuis dix ans. Je fais partie de ceux qui ont été embauchés grâce aux 35 heures. Quand tu rentrais chez Conti, tu pensais aller au bout. C’était une boîte qui paie bien, un travail stable avec de bonnes primes, parfait pour acheter une voiture, une maison. Maintenant, tout le bassin compiégnois va subir les conséquences de la fermeture. Cela sera très difficile de retrouver du travail. Il faudra faire des formations hyper pointues que personne d’autre ne connaît. Plus de 1 000 licenciements à un endroit c’est énorme.
On ne s’attendait pas à la décision du tribunal de Sarreguemines de fermer l’usine. C’est politique. Le gouvernement est contre nous. Il est pour les actionnaires. Il a fallu qu’on casse pour obtenir une médiation. Faudra que l’Etat français se mouille, que Fillon vienne devant nous à Clairoix s’expliquer. Vous avez vu ce qui se passe à Molex et Caterpillar, on est en état de révolution. Tant qu’on n’est pas violents, ils prennent les gens pour des cons. Celui qui perd son travail, sa maison, n’a peur de rien. Cela peut tourner à la guerre. S’ils font l’Europe du pognon, on fera celle des syndicats.»

«Je ne crois pas au projet de reprise»

Hervé Alexandre, 42 ans, habite à Chelles et travaille chez Continental depuis 20 ans.

«La reprise de l’usine, je n’y crois pas du tout. J’avais déjà entendu la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, parler d’un projet similaire et ce n’était pas convainquant. On connaît la situation : transformer le site à un coût élevé mais rester dans les pneumatiques serait difficile. Le secteur va mal et les stocks sont élevés.
Continental ne reviendra pas sur sa décision de fermer l’usine. Ils n’ont pas de cœur et ils ont l’argent et le pouvoir. C’est pour cela que je n’espère pas grand-chose de notre manifestation aujourd’hui.
Cela dit, en étant ensemble, on est plus fort. Car ils vont essayer de nous licencier en nous donnant le minimum et c’est là qu’on peut essayer de faire bouger les choses. C’est notre seule défense, le marchandage.
Je suis venu comme tout le monde, par solidarité. Seuls quelques cadres ou des personnes qui doivent s’occuper de leurs enfants n’ont pas pris le train avec nous. J’ai commencé comme opérateur de machines, puis je suis devenu chef d’équipe. Aujourd’hui je travaille au service qualité. Ils nous ont coupé la production. Avant la fermeture de l’usine il y a deux jours – à cause du saccage de la sous-préfecture de Compiègne – on tournait au ralenti. On fabriquait 1 000 pneus par jours alors que l’usine peut en sortir jusqu’à 25 000 en période de pleine production.
Si je perds mon travail, ma situation va être très compliquée. Mon épouse travaille à temps partiel et j’ai trois enfants, de 10, 13 et 14 ans. J’ai encore quatre ans à payer sur ma maison. C’est vrai qu’on a des bons salaires mais le travail est pénible. Il y a vingt ans, c’était plus une difficulté physique – des charges lourdes à porter, des gestes répétitifs. Aujourd’hui la pression est psychologique parce que les objectifs de rentabilité sont élevés. Cela ne les empêche pas de vouloir toujours plus, c’est pour cela qu’ils partent en Roumanie.»

«On est là comme des cons à dire "tous ensemble"»
Un ouvrier témoignant sous couvert d’anonymat, 29 ans. Il travaille à Clairoix depuis trois ans. Marié, un enfant de dix-huit mois.

«Je suis venu par solidarité, comme 99 % des gens qui sont là. Mais je ne pensais pas que cela serait comme cela. Les actionnaires sont passés tranquillement devant nous pour aller à l’assemblée générale. Ils narguent pratiquement les gens. Je peux vous dire qu’en France ils ne seraient pas passés comme cela. On les aurait arrêtés, c’est sûr. Mais ici c’est le système allemand. On est là comme des cons à dire "tous ensemble". On écoute de la musique et des discours et à la fin on va donner une lettre aux actionnaires. Cela ne changera rien, il n’y a pas d’action. Si cela ne tenait qu’à nous, ils ne feraient pas leur AG et on les forcerait à nous écouter. On a bien vu comme cela se passait depuis des mois. Tout le monde s’en fichait puis on a cassé la sous-préfecture de Compiègne et comme par enchantement, le gouvernement a proposé une médiation.
On n’est pas des casseurs mais on s’est fait avoir. On a fait des sacrifices, renoncé à des primes et à des repos, et on a été trahis. Ce qu’on fait n’est pas prémédité. Pour la sous préfecture, ce n’était pas prévu. On ne dit pas « on va aller casser ceci ou cela ». On avise au jour le jour. Si la direction ne lâche pas des sous, on ira les chercher. Qu’ils ferment l’usine s’ils le veulent mais pas sans nous retrouver des emplois ou nous donner des vraies indemnités. Aujourd’hui ils proposent 20.000e au maximum. A peine un an de salaire ! Pour des personnes qui sont parfois rentrées à Continental à 16 ans, ont jusqu’à 1 300 e par mois de crédit immobilier à payer et ne retrouveront pas de travail. Avant on trouvait du travail dans la région. Maintenant elle est sinistrée. Chaque jour une usine ferme.»

«Cela m’a fait pleurer»
Albano Abreu, 52 ans. Il travaille chez Continental depuis qu’il a 19 ans.

«J’avais une bonne petite place à Continental. Je gagne 2.000 nets. On nous appelle des voyous mais ce que Continental nous a fait, ce n’est pas bien. Ils nous ont dit de faire des efforts, de revenir aux 40 heures puis ils nous ont mis dehors. Ils vont prendre les machines pour les installer en Roumanie. Cela fait cinq semaines qu’on attend et qu’on tourne en rond dans l’usine. On s’est dit qu’on allait arrêter d’être gentil.
Le 11 mars, ils nous ont annoncé la fermeture alors que le site fonctionnait normalement. Moi j’ai fait des travaux chez moi, je n’avais aucune idée qu’il n’y aurait bientôt plus d’usine! J’ai un gamin de 22 ans. Quand je lui ai dit que j’allais perdre mon travail, il m’a dit qu’il arrêterait ses études pour trouver un emploi. Cela m’a fait pleurer. On savait que cela n’allait pas très bien mais on s’attendait à un plan social, une restructuration qui prendrait du temps – pas qu’ils nous virent d’un coup.»