Pourquoi les ventes de Cognac ont-elles bondi en 2021 ?

ALCOOL Les ventes explosent à l'étranger tandis qu'en France, le cognac est porté par « le développement de la mixologie »

Mickaël Bosredon
— 
Le Cognac enregistre une forte progression portée par le développement de la mixologie.
Le Cognac enregistre une forte progression portée par le développement de la mixologie. — Dave Kotinsky / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

C’est un produit qui ne connaît pas la crise. Les ventes de Cognac ont bondi sur un an de 30,9 % en valeur et de 16,2 % en volume en 2021, dépassant même leur niveau d’avant  pandémie, a indiqué lundi l’interprofession.

Sur l’année 2021, 223,2 millions de bouteilles ont été expédiées pour un chiffre d’affaires de 3,6 milliards d’euros, en hausse de 1,6 % par rapport à 2019, dernière année avant la crise sanitaire, a précisé le Bureau national interprofessionnel du Cognac (Bnic) dans un communiqué.

« La demande n’a jamais été aussi importante »

« Le Cognac reste marqué par une très forte dynamique. (…) La demande n’a jamais été aussi importante sur nos marchés que cette année », s’est félicité le président du Bnic Christophe Veral, cité dans le communiqué.

Premier marché d’exportation, les Etats-Unis ont acheté 115 millions de bouteilles l’an passé, soit 11,1 % de plus qu’en 2020, tandis que les ventes en Chine, second marché du Cognac, ont bondi de 55,8 %, pour 34 millions de bouteilles expédiées. Ailleurs, les ventes de Cognac sont en croissance sur les « nouveaux marchés », en Afrique du Sud et Nigeria notamment, comme sur les traditionnels, avec +8,1 % en volume en Europe, a ajouté le Bnic.

En France, le Cognac enregistre également une forte progression (+23,4 % en volume), porté par « le développement de la mixologie » (l’art de la création de cocktails), qui attire « une nouvelle clientèle en quête de produits authentiques ».

Une récolte 2021 « dans la moyenne décennale »

Côté production, l’interprofession prévoit une récolte 2021 « dans la moyenne décennale », avec 867.000 hectolitres d’alcool pur (hl AP) produits, pour un rendement de 10,77 hp AP/hectare, qui permettra « de soutenir la poursuite de (la) croissance » de la filière.

Tournées vers l’exportation à 97 %, les ventes de Cognac avaient reculé de 22,3 % en valeur en 2020, la pandémie ayant favorisé les ventes sur internet, un marché où les bouteilles moins onéreuses dominent.