UE : Les règles européennes sur la dette publique jugées « obsolètes » par Bruno Le Maire

POLITIQUE BUDGETAIRE Dans le cadre du Pacte de stabilité et de croissance, la dette publique des Etats membres ne doit pas dépasser 60 % de leur PIB et leur déficit ne peut pas excéder 3 % de leur PIB

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, à Paris le 13 janvier 2022.
Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, à Paris le 13 janvier 2022. — AFP

Pour bien faire passer son message auprès de ses partenaires de l’UE, Bruno Le Maire a décidé d’exposer dimanche sa vision budgétaire dans un entretien à pas moins de sept journaux européens dont Les Echos. Dans celui-ci, le ministre de l’Economie et des Finances a surtout jugé « obsolètes » les règles européennes encadrant la dette publique des Etats membres.

Le Pacte de stabilité et de croissance « dans son ensemble n’est pas obsolète, mais la règle de la dette publique l’est », a-t-il fait valoir alors que la France a pris le 1er janvier, pour six mois, la présidence du Conseil de l'Union européenne. En vertu de cette règle, la dette publique des Etats membres ne doit pas dépasser 60 % de leur  PIB​ et leur déficit ne peut pas excéder 3 % de leur PIB.

Plusieurs propositions pour réformer le Pacte

« Avant la crise, il y avait un écart de près de 40 points de PIB entre les membres les plus et les moins endettés de la zone euro. Il y a maintenant un écart de plus de 100 % entre eux », a constaté Bruno Le Maire. Pour réformer le Pacte, « il y a plusieurs propositions sur la table, notamment celle d’avoir des calendriers et des objectifs différents pour chaque pays ». « D’autres mettent en avant le concept (…) selon lequel il devrait appartenir aux États membres de définir les étapes et les changements nécessaires à leurs politiques économiques, qui leur permettraient de revenir à des finances saines », une piste « intéressante » selon le ministre.

In fine, il faudra « trouver le bon équilibre entre les investissements nécessaires pour relever les défis du XXIe siècle et la nécessité de revenir à des finances publiques saines. »

Celui qui est chargé de la Relance au sein de l’exécutif français a par ailleurs dit espérer se débarrasser de « toutes les restrictions sanitaires » liées à la pandémie de Covid-19 d’ici la fin de l’année. « Maintenant que nous sortons de la crise, nous devons bien sûr mettre fin au "quoi qu’il en coûte" pour adopter une approche sur mesure, soutenir les derniers secteurs qui souffrent encore des conséquences de la crise ». Ainsi, le souhait du ministre est que d’ici « la fin 2022, nous nous débarrasserons de toutes les restrictions sanitaires et mettrons fin au soutien financier à tout secteur » de l’économie.