Alsace : L'entreprise Caddie dans une situation « catastrophique » selon les syndicats

ALERTE ROUGE Le fabricant de chariots de supermarché, situé à Dettwiller (Bas-Rhin), est en cessation de paiement

T.G.
— 
Les Caddies sont conçus et montés en Alsace.
Les Caddies sont conçus et montés en Alsace. — B. Poussard / 20 Minutes.
  • L’entreprise Caddie, dont le siège est en Alsace, est en grande difficulté.
  • « Notre trésorerie est à sec », a indiqué le PDG Stéphane Dedieu.
  • « On savait que l’entreprise était en difficulté, mais pas à ce point, et on n’imaginait pas revivre une cessation de paiements aussi vite et de manière aussi brutale », a réagi le délégué syndical CFTC, Luc Strohmenger

Les difficultés sont de retour chez Caddie, à Dettwiller ( Bas-Rhin).  Après les redressements judiciaires de 2012 et 2014, l’entreprise se trouve aujourd’hui en cessation de paiements. « Notre trésorerie est à sec », a indiqué le PDG Stéphane Dedieu, confirmant une information des  Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA). Une audience qui déterminera les conditions de sa mise en redressement judiciaire est prévue mardi matin devant la chambre commerciale du tribunal judiciaire de Saverne, a confirmé ce dernier.

« On savait que l’entreprise était en difficulté, mais pas à ce point, et on n’imaginait pas revivre une cessation de paiements aussi vite et de manière aussi brutale », a réagi le délégué syndical CFTC, Luc Strohmenger. Les syndicats parlent d’une situation de l’entreprise « catastrophique, les salaires de décembre n’ont pas été versés », rapporte France 3 Grand-Est.

« C’est une conjonction de malheurs qui nous a amenés à manquer de trésorerie », a expliqué M. Dedieu, qui avait repris la présidence de l’entreprise à la suite d’un précédent redressement judiciaire en 2014. « On a subi beaucoup de déboires depuis le début de la pandémie de Covid-19 avec une baisse du chiffre d’affaires importante, principalement parce qu’on travaille beaucoup avec des clients à l’étranger », a détaillé le président de l’entreprise nommée « Les Ateliers réunis Caddie », qui comptent encore 140 employés. « Ensuite on a eu des difficultés d’approvisionnement qui ont retardé nos productions, puis un cluster » parmi les salariés, a-t-il ajouté, évoquant également la hausse du coût des matières premières comme l’acier.

Vers un « nouveau départ » ?

À l’été 2020, Caddie, détenu à 70 % depuis 2018 par le polonais Damix, avait déjà supprimé cinquante emplois et regroupé ses activités de production de chariots pour la grande distribution sur le seul site de Dettwiller. « Mais on a eu pas mal de déboires quand on a rebranché nos lignes de fabrication et on a perdu beaucoup de journées de production, qui nous ont mangé de la trésorerie », explique Stéphane Dedieu. Celui-ci espère que ce nouveau redressement judiciaire marquera « un nouveau départ » pour cette « belle marque ».

Née en 1928, l’entreprise a inventé le chariot métallique pour supermarchés et hypermarchés sous la marque « Caddie », devenue un nom courant. Elle a connu la croissance avec l’essor de la société de consommation, avant de subir deux redressements judiciaires, en 2012 puis en 2014.