Ikea va augmenter ses prix de 9 % en 2022

INFLATION Cette hausse des prix annoncée est la conséquence des difficultés d’approvisionnement et des problèmes de transport qu’accuse l’industrie mondiale

20 Minutes avec agences
Une enseigne Ikea
Une enseigne Ikea — Michele Eve Sandberg/REX/SIPA

Le géant suédois du meuble Ikea est contraint d’augmenter ses  prix en moyenne de 9 % en 2022 face à la persistance des problèmes de  pénuries et de transport cher dans l’économie mondiale, a annoncé ce jeudi possédant la plupart de ses magasins. « Malheureusement, pour la première fois depuis que des coûts plus élevés ont commencé à affecter l’économie mondiale, nous allons devoir répercuter certaines hausses de coûts sur nos clients », a indiqué Ingka Group, une holding d’Ikea qui regroupe plus de 90 % de ses magasins.

« Comme de nombreux autres secteurs, Ikea continue à faire face à des contraintes significatives sur le transport et les matières premières qui tirent les coûts, sans pause envisagée dans un futur proche. Les perturbations sont attendues pour la plupart de l’année 2022 », souligne Ingka, qui est basée aux Pays-Bas. De très loin principal réseau de franchisés d’Ikea avec près de 400 magasins, Ingka se distingue d’une autre holding principale du géant suédois, Inter Ikea, qui possède elle la marque et franchise les enseignes à travers le monde.

Des variations suivant les pays et la gamme

Selon Ingka, les principales hausses de coût liées aux transports et aux prix d’approvisionnement « se ressentent surtout en Amérique du Nord et en Europe ». « La moyenne de la hausse chez Ingka Groupe sera de 9 % au niveau mondial, avec des variations suivant les pays du groupe et la gamme, reflétant les pressions inflationnistes locales », indique le groupe. Jusqu’ici, Ikea avait absorbé les coûts importants générés par ces tensions logistiques majeures, provoquées notamment par le rebond de la demande au sortir de la première phase de la pandémie.

Cette annonce intervient sur fond de forte accélération de l’inflation à travers le monde, dynamisée par la profonde désorganisation des chaînes de distribution et les pénuries sur des produits essentiels au commerce international. Le phénomène s’est accompagné d’une flambée des prix des matières premières (bois, cuivre, acier) et de l’énergie (essence, gaz, électricité).

En zone euro, l’inflation a ainsi atteint 4,9 % sur un an en novembre, soit un record depuis l’introduction de la monnaie unique en 1999. Aux Etats-Unis, la hausse des prix s’est élevée à 6,8 % le mois dernier comparé à novembre 2020, son plus haut niveau depuis 39 ans.