Blocage maintenu à l'usine Toyota d'Onnaing

— 

Les salariés grévistes de Toyota à Onnaing (Nord) ont maintenu, samedi, le blocage de l'usine après avoir rejeté une proposition de la direction concernant le paiement du chômage partiel et des jours de grève. Les piquets de grève qui paralysent totalement la production de la Yaris (900 véhicules/jour en temps normal) depuis jeudi soir « se sont renforcés et sont visités par la population et par de nombreux non-grévistes solidaires », qui apportent de la nourriture et de l'argent, a expliqué Eric Pecqueur, délégué CGT. Selon lui, entre 200 et 250 grévistes (sur un total de 2 700 ouvriers) étaient « actifs » samedi sur les piquets de grève, matérialisés par des feux de palettes allumés devant les entrées de l'usine afin d'empêcher l'accès aux camions. Une porte-parole du constructeur a toutefois précisé qu'« aucune activité de production n'était prévue pendant le week-end ». Le site d'Onnaing a connu des journées de chômage partiel, imposées depuis septembre par la direction, sous l'effet conjugué de l'effondrement du marché automobile et de la grève des salariés de l'équipementier Faurecia à Auchel (Nord) en mars. W