Ryanair réfléchit à «une taxe pour les gros» sur ses vols

TRANSPORTS Après un sondage auprès de ses clients qui ont plébiscité cette idée...

Avec agence

— 

Un Boeing 737 de la compagnie Ryanair en provenance de Charleroi (Belgique) est sorti de la piste lors de son atterrissage sur l'aéroport de Limoges vendredi après-midi, entraînant l'évacuation par toboggan des 186 passagers et membres d'équipage, a-t-on appris auprès de la préfecture.
Un Boeing 737 de la compagnie Ryanair en provenance de Charleroi (Belgique) est sorti de la piste lors de son atterrissage sur l'aéroport de Limoges vendredi après-midi, entraînant l'évacuation par toboggan des 186 passagers et membres d'équipage, a-t-on appris auprès de la préfecture. — Franck Perry AFP/Archives

Après avoir envisagé de faire payer la pause pipi, la compagnie aérienne irlandaise Ryanair réfléchit à l'introduction d'une «taxe pour les gros» sur ses vols a-t-elle indiqué sur son site Internet.

Dans un sondage en ligne proposé par la compagnie à bas prix pour trouver de nouvelles sources de profit, plus de 40% s'étaient prononcés vendredi pour l'introduction d'une taxe basée sur l'indice de masse corporelle des clients sur quelque 100.000 votants.

Une pratique déjà adoptée par d'autres compagnies

Selon le quotidien irlandais «The Independent», la compagnie pourrait demander aux passagers en surpoids de payer pour un deuxième siège afin de bénéficier de plus de confort.

Certaines compagnies aériennes américaines ont déjà adopté cette politique, ou contraignent les passagers en surpoids à acheter un billet en classe affaire, où les sièges sont plus larges.

Les participants au sondage de Ryanair étaient également 20% à déclarer que les passagers aient pour 3 euros la possibilité de griller une cigarette dans des toilettes transformées en fumoir.

Facturer l'usage du papier toilette

Pas moins de 18% proposaient de facturer un euro aux passagers pour l'usage du papier toilette, 14% un accès payant au site Internet de Ryanair et 8% une surtaxe de deux euros pour les passagers qui apportent leur propre nourriture à bord.

Ryanair, qui cherche à réduire ses coûts au maximum en supprimant d'ici à la fin de l'année les comptoirs d'enregistrement, n'a pas encore publié les résultats définitifs du sondage.