Coronavirus : La Banque de France abaisse très légèrement sa prévision de croissance pour 2022, à 3,6 %

PROJECTIONS La Banque de France prévoyait jusqu’ici une croissance de 3,7 % pour l’économie française en 2022

20 Minutes avec AFP
— 
La Banque de France a très légèrement abaissée ses prévisions de croissance pour 2022. (Archives)
La Banque de France a très légèrement abaissée ses prévisions de croissance pour 2022. (Archives) — A. GELEBART / 20 MINUTES

En raison du regain épidémique et des difficultés persistantes d’approvisionnement risquant d’entraîner un tassement de l’activité au début de l’année,  la Banque de France a très légèrement abaissé sa prévision de  croissance de  l’économie française pour 2022, ce dimanche, anticipant une progression de 3,6 %, contre 3,7 % auparavant.

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) reste toutefois « solide », avec une prévision relevée à +2,2 % pour 2023 (au lieu de +1,9 % précédemment), estime la banque centrale française dans ses nouvelles projections macroéconomiques. Elle prévoit que la France retrouvera à l’horizon 2024 « un rythme proche » de son niveau d’avant-crise, avec une croissance d’environ 1,4 %.

Des prévisions prudentes

Ce retour à la tendance d’avant l’épidémie est le signe que « la crise n’a pas laissé de cicatrice en termes de niveau de production et de production potentielle », a salué Olivier Garnier, directeur général de la Banque de France lors d’une conférence de presse. Il y voit l’effet du soutien public massif à l’investissement déployé via le plan de relance et le plan d’investissement France 2030, ainsi que le « dynamisme du marché du travail ».

Ces prévisions sont toutefois un peu plus prudentes que celles du gouvernement, qui table à ce stade toujours sur une croissance de 4 % en 2022, malgré le regain épidémique et l’apparition du variant Omicron. La Banque de France présente d’ailleurs un scénario alternatif, en cas d’imposition de restrictions supplémentaires au premier semestre 2022, qui conduirait à une croissance plus faible l’an prochain (environ 2,2 %), mais qui se rattraperait en 2023 (+3,5 %).

Deux phases d’inflation

Dans son scénario central, qui prévoit une croissance de 6,7 % en 2021, elle estime que la croissance sera portée l’an prochain « par le rebond de toutes les composantes de la demande intérieure », à savoir la consommation des ménages, avec une baisse progressive du surplus d’épargne engrangé pendant la crise, ainsi que l’investissement, en particulier celui des entreprises, grâce à la stabilisation de leurs marges. A l’inverse, la contribution du commerce extérieur « ne se redresserait pas en 2022 », toujours à la traîne dans certains secteurs.

Cette croissance se traduirait également par une hausse de l’emploi, avec un taux de chômage autour de 7,9 % en 2022, et du pouvoir d’achat, soutenu par des hausses de salaires. Quant à l’inflation, qui connaît une poussée ces derniers mois, après un pic fin 2021, la Banque de France voit deux phases se succéder : d’abord le maintien d’une hausse des prix importante courant 2022, avec un taux moyen de 2,5 % l’an prochain, avant un reflux autour de 1,5 % en 2024, soit le niveau observé avant la crise financière de 2008.