Catastrophes naturelles : Des coûts estimés à 250 milliards de dollars en 2021

FACTURES La catastrophe naturelle la plus coûteuse a été la tempête Ida à New York, estimée aux alentours de 30 à 32 milliards de dollars pour les assureurs

20 Minutes avec agences
— 
La crue a atteint 60 cm dans certains quartiers de New York après le passage de la tempête Ida.
La crue a atteint 60 cm dans certains quartiers de New York après le passage de la tempête Ida. — Craig Ruttle/AP/SIPA

Les coûts des catastrophes naturelles en 2021 se sont chiffrés à quelque 250 milliards de dollars (221 milliards d’euros), selon une première estimation publiée mardi par le réassureur Swiss Re. Ce chiffre est en hausse de 24 % par rapport à 2020.

La facture pour les assureurs est, elle, évaluée à 105 milliards de dollars, en hausse de 17 % par rapport à l’année précédente, indique le réassureur suisse dans un communiqué. Il s’agit de la quatrième année la plus coûteuse pour les compagnies d’assurances depuis 1970 pour couvrir les frais engendrés par des catastrophes naturelles, précise-t-il.

Ida, la tempête la plus coûteuse

La catastrophe naturelle la plus coûteuse pour les assureurs cette année a été la tempête Ida, qui avait notamment entraîné des inondations à New York pour laquelle la facture pour les assureurs est estimée aux alentours de 30 à 32 milliards de dollars. Vient ensuite la tempête hivernale Uri, avec la vague de froid qui s’était étendue jusqu’au Texas, touchant notamment le réseau électrique, les dommages pris en charge par les assureurs étant évalués à 15 milliards de dollars.

Les inondations de juillet en Allemagne et en Belgique ainsi que dans les pays voisins ont été la catastrophe la plus coûteuse en Europe, entraînant 40 milliards de dollars de pertes économiques et une facture de 13 milliards de dollars pour les assureurs.

Des estimations provisoires

Ces estimations sont cependant provisoires. Elles ne tiennent pas encore compte des événements survenus en décembre qui sont encore « en cours d’évaluation », souligne le groupe suisse dans le communiqué, qui n’a pas donné d’indications à ce stade sur les récentes tornades aux Etats-Unis.

A ces lourdes catastrophes se sont ajoutés de nombreux désastres naturels dits secondaires tels que les orages de grêles en Europe en juin, les inondations dans la province du Henan en Chine ainsi qu’en Colombie-Britannique au Canada ou encore le dôme de chaleur au Canada et la poussée des températures en Méditerranée qui ont entraîné d’importants incendies.

« Il semble être devenu la norme qu’au moins un péril secondaire comme une inondation sévère, une tempête d’hiver ou un incendie, engendre chaque année des pertes de plus de 10 milliards de dollars », a souligné Martin Bertogg, le directeur de la branche spécialisée dans les catastrophes naturelles de Swiss Re, cité dans le communiqué.