Seine-et-Marne : Les « passoires énergiques » immobilières attirent toujours les acquéreurs

PERFORMANCES ENERGETIQUES Un mauvais diagnostic oblige le propriétaire à rénover son bien entre 2025 et 2034

20 Minutes avec agence
— 
La demande semble plus forte que les préoccupations énergétiques.
La demande semble plus forte que les préoccupations énergétiques. — SIERAKOWSKI / ISOPIX / SIPA

Depuis un an, les mises en vente de logements classés E, F ou G au DPE (diagnostic de performance énergique) ont augmenté de 50 % à Bussy-Saint-Georges et de 76 % à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne), rapporte  Le Parisien. En vertu de la loi Climat et Résilience, ces logements devront pourtant être rénovés pour pouvoir être loués, à partir de 2025 pour les G, de 2028 pour les F, et de 2034 pour les E.

Une forte demande

Cette augmentation du nombre d’annonces serait cependant sans lien avec ces prochaines échéances et ne résulterait pas d’une volonté des propriétaires de se débarrasser d’un bien avant ces dates. Elle s’expliquerait plutôt par la forte demande en logements dans ces deux villes, comme l’atteste d’ailleurs le prix moyen au mètre carré, estimé à 4.956 euros pour Bussy-Saint-Georges et à 3.783 euros pour Champs-sur-Marne.

Les questions énergétiques ne pèseraient donc que faiblement dans les décisions d’achat  immobilier. Ces « passoires énergiques » constituent par ailleurs au total 13 % du parc immobilier de Bussy-Saint-Georges et 44 % de celui de Champs-sur-Marne.