E-commerce : De nombreux produits dangereux détectés

CONSO Rien qu’en 2020, l’e-commerce a généré 112 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France

J.P. pour 20 Minutes
— 
Les résultats des enquêtes annuelles de la DGCCRFsuccessives sont inquiétants.
Les résultats des enquêtes annuelles de la DGCCRFsuccessives sont inquiétants. — iStock / City Presse

Déjà en plein essor, le shopping en ligne a explosé sous l’effet de la  pandémie de Covid-19. D’après le  ministère de l’Économie, le secteur a généré 112 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020 dans l’Hexagone. Mais ce succès grandissant doit inciter à la prudence et à la responsabilité.

Ainsi, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) réalise de nombreux contrôles afin de s’assurer de la sécurité et de la conformité des produits vendus par les places de marché de commerce électronique. Or, les résultats de ses enquêtes annuelles successives sont inquiétants.

Chocs électriques et suffocations

Sur près de 450 produits analysés en 2018, 2019 et 2020, 63 % se sont avérés non conformes dont 28 % dangereux. Crèmes cosmétiques, adaptateurs de voyage, bijoux fantaisie, détecteurs de fumée, test d’ovulation et de grossesse, jouets d’éveil et autres articles de puériculture… tous ont révélé un taux important d’anomalies. Et on ne parle pas de produits achetés sur d’obscures plateformes mais d’articles commercialisés par les dix places de marché les plus populaires en France : Amazon.fr, Cdiscount.com, Ebay.fr, Fnac.com, Aliexpress.com, Joom.com, Shopping.rakuten.com, Rueducommerce.fr, Vova.com et Wish.com.

Au palmarès des objets les plus préoccupants : 87 % des adaptateurs et 66 % des guirlandes électriques​ présentaient des risques de chocs électriques et d’incendie. Il faut également y regarder à deux fois avant d’acheter des bijoux fantaisie en ligne, puisque 74 % ont révélé la présence de métaux lourds cancérogènes et toxiques (cadmium, nickel ou plomb). Enfin, les plus petits consommateurs peuvent être victimes de ces négligences dans la mesure où 25 % des jouets étaient dangereux, autrement dit présentaient des risques de suffocation ou de strangulation dus à la présence de petits éléments détachables ou de cordelettes.

Le conseil

Consultez les produits rappelés sur Rappel.conso.gouv.fr et signalez les anomalies constatées sur Signal.conso.gouv.fr.