Maison : Comment être écoresponsable lors d’une construction ?

IMMOBILIER Sensible aux problématiques environnementales, vous triez vos déchets, favorisez les circuits courts et la seconde main. Mais en matière d’habitat, vous avez parfois du mal à vous y retrouver ?

Lauren Ricard pour 20 Minutes
— 
Ilest possible d’opter pour des matières premières plus respectueuses de la planète.
Ilest possible d’opter pour des matières premières plus respectueuses de la planète. — iStock/ City Presse

Vous venez enfin d’acquérir le terrain parfait pour faire construire la  maison de vos rêves ou souhaitez réaliser une extension de votre logement actuel. Mais alors que vous envisagez d’entrer dans la phase des travaux, votre fibre écolo vous donne quelques scrupules quant au choix des matériaux de construction.

Le secteur du bâtiment présente en effet un bilan écologique peu reluisant, générant 46 millions de tonnes de déchets par an en France, d’après la Fédération Française du Bâtiment, dont certains se révèlent nuisibles à l’environnement. Toutefois, grâce à des choix avisés, il est possible d’opter pour des matières premières plus respectueuses de la planète.

Privilégier le naturel

Depuis quelques années, les fibres naturelles ont le vent en poupe dans la décoration. Rotin, osier, raphia et lin s’imposent sur les objets déco, le mobilier et les textiles d’intérieur. S’il est évidemment exclu de les utiliser dans la construction du fait de leur fragilité, il existe des alternatives plus solides et tout aussi durables. On pense notamment au bois, mais aussi à la pierre de taille, à la terre cuite, à la brique, à la chaux ou encore au chanvre, en majorité des matériaux traditionnels remis au goût du jour.

Faire attention à l’origine

Afin de limiter l’impact des transports mais aussi de l’extraction des matières premières utilisées dans la construction, il est primordial de se renseigner en amont sur leur provenance. Assurez-vous également que la ressource soit renouvelable, et que sa production ne s’effectue pas au détriment de l’environnement. On évitera notamment les essences exotiques, souvent cause de déforestation massive, pour privilégier les bois locaux (chêne, pin, hêtre…), issus de forêts écogérées et labellisés FSC.

De manière générale, on favorise les matériaux accessibles à proximité du lieu de notre projet de construction, qui ont en plus l’avantage de souvent bien s’intégrer au style architectural régional (maisons en briques dans le Nord, chalets de bois dans les Alpes, mas en pierre en Provence…).

Recycler

Le vintage est plus que jamais tendance, et s’il permet de faire des économies tout en préservant les ressources, on ne voit pas de raison de s’en priver. Ainsi, n’hésitez pas à récupérer de vieilles poutres pour vos charpentes (après les avoir traitées et vous être assuré de leur solidité), des tomettes anciennes pour votre revêtement de sol ou des tuiles issues de vieilles bâtisses à l’abandon dont le charme habillera votre toiture.

Les normes et labels à favoriser

S’il n’existe pas encore de label permettant d’évaluer la durabilité des matériaux de construction, certains éléments peuvent mettre sur la piste pour jauger leur impact écologique. Ainsi, pour des raisons de santé mais aussi de pollution de l’air et des sols, on choisira de préférence des matières présentant un taux de composés organiques volatils (COV) le plus faible possible, afin de limiter les rejets toxiques.

On peut également consulter l’ACV (analyse de cycle de vie) des produits afin de connaître leurs effets réels sur l’environnement. Enfin, la présence de la marque NF environnement et de l’Écolabel européen sont autant de points positifs.