Règlement de comptes autour du Livret A

— 

La Caisse d'Epargne rechignerait à se livrer. Dimanche, le Crédit agricole a annoncé avoir déposé des plaintes contre l'Ecureuil pour des « entraves aux transferts des Livrets A », selon l'AFP. Dans un communiqué, la Fédération nationale du Crédit agricole dénonce « un véritable arsenal défensif pour freiner ou empêcher les transferts vers d'autres établissements » de la part de la Caisse d'Epargne, mais aussi de la Banque postale et du Crédit mutuel. Ces trois établissements ont perdu depuis le 1er janvier l'exclusivité de la distribution du livret, dont le gouvernement a annoncé vendredi la baisse du taux de rémunération de 2,5 % à 1,75 % à partir du 1er mai.

D'après le Crédit agricole, « de nombreux clients ayant choisi de demander le transfert à leur banque éprouvent des difficultés à voir leur ordre exécuté dans de bonnes conditions ». L'établissement affirme que « les demandes des clients sont rejetées dans des proportions très importantes, qui peuvent atteindre plus de 20 % des dossiers présentés à la Caisse d'Epargne ». Joseph d'Auzay, directeur général de la Fédération nationale du Crédit agricole, n'hésite pas à parler d'« opérations globales d'intimidation de la clientèle ». La banque plaignante cite des « exigences illégales » comme des « déplacements imposés » dans les agences des Caisses d'Epargne, « des délais légaux non respectés » ou des « facturations indues ». Depuis la fin du monopole, la Caisse d'Epargne, la Banque postale et le Crédit mutuel doivent réaliser gratuitement le transfert du Livret A en quinze jours maximum.

L'Association française des usagers des banques avait déjà tiré la sonnette d'alarme. Fin février, elle dénonçait déjà les « résistances » des distributeurs historiques aux demandes de transfert de leur client. Mais l'association pointait aussi les « pratiques de flibustiers » de certains nouveaux opérateurs, évoquant des cas d'« ouvertures forcées ». Les plaintes à l'encontre de la Caisse d'Epargne ont été déposées par le Crédit agricole du Languedoc, d'Ile-de-France et la Fédération nationale du Crédit agricole. « Nous sommes surpris d'apprendre la décision du Crédit agricole. Nous appliquons les procédures au sein de la Caisse d'Epargne, a réagi un porte-parole de l'Ecureuil. Sur le fond, nous réservons nos commentaires en attendant d'avoir plus de détails sur les plaintes. » ■