Maison : Quels matériaux choisir pour un bardage ?

LOGEMENT Ce parement extérieur ou intérieur isole, protège et embellit l’habitation

V.B. pour 20 Minutes
— 
Que ce soit en extérieur ou en intérieur, un bardage doit êtreprotecteur et esthétique.
Que ce soit en extérieur ou en intérieur, un bardage doit êtreprotecteur et esthétique. — iStock/City Presse

Si sa première fonction est d’isoler et de protéger du froid, des UV, des  intempéries et des chocs, le bardage est également un élément de  décoration. Le matériau à utiliser ne sera pas le même pour l’aménagement d’un toit-terrasse ou pour la rénovation d’une façade.

Pour se décider, on prendra en compte certains critères, en commençant par la performance : quelle isolation thermique et quelle longévité souhaitons-nous obtenir ? Quel est l’effet esthétique recherché, moderne ou authentique ? Au niveau de l’entretien, est-on prêt à investir du temps et de l’argent pour prendre soin d’un matériau particulier ou choisit-on la facilité ? Enfin, le coût peut varier énormément en fonction des matériaux mais aussi des accessoires et de la technicité de la pose. Verticale, horizontale, oblique, emboîtée ou à claire-voie, voici tout ce qu’il faut savoir…

Le bardage en bois : traditionnel et varié

Très employé par nos ancêtres mais aussi dans les pays nordiques et certaines régions des États-Unis, le bardage en bois est plus que jamais dans l’air du temps. Écologique et recyclable, il minimise l’empreinte carbone et charme par son authenticité. Un toucher chaleureux, des couleurs et des veinages uniques apportent originalité et naturel à la maison, qui se veut à la fois traditionnelle et contemporaine.

Faisant le bonheur des architectes, il se décline sous plusieurs formes : en clins, en panneaux ou en bardeaux. Il peut être massif, contrecollé ou un dérivé de la matière brute. On a le choix entre de nombreuses essences de bois, aux aspects et aux propriétés variées, qui sont répartis en cinq classes d’emploi, du plus fragile au plus résistant. Par exemple, l’épicéa, le Red Cedar, le pin douglas, le pin maritime, le peuplier, le mélèze ou le châtaigner, tous de classe 4, supportent un taux d’humidité supérieur à 20 % et sont donc à privilégier pour les façades exposées au nord, tout comme le teck, star des aménagements extérieurs. Selon son essence, le bois est bon marché et accessible. Idéal pour un intérieur cosy type chalet, il nécessite en revanche un entretien régulier, surtout à l’extérieur.

Le bois composite et le PVC : modernes et pratiques

Conçu avec des essences de bois associées à des résines ou d’autres matériaux, le composite est ultrarésistant et imputrescible. Offrant une large gamme de couleurs, il ne grisera pas avec le temps et résistera très longtemps. Attention toutefois à privilégier les produits sans composé chloré ou composés organiques volatils, cancérigènes et polluants, pour préserver l’environnement.

Pour isoler et looker l’intérieur de la maison, optons pour le PVC ou le polystyrène. À coller directement au mur ou à poser sur une armature, ils offrent un large choix de coloris et de motifs. Leur poids plume est également parfait pour faire un faux plafond. Dehors, le PVC a plusieurs avantages : moins onéreux, il est facile à poser et ne nécessite aucun entretien.

L’acier, la terre et les autres

Pour un aspect design et contemporain, on peut se tourner vers l’acier galvanisé, de plus en plus utilisé dans les constructions modernes. Décliné en plusieurs formes – plaques, tôles planes ou nervurées – et en de nombreux coloris, il est très résistant aux intempéries, aux UV et est ultra-durable dans le temps. Les moins : relativement cher, il peut être bruyant par temps de pluie battante et se marie mal avec les maisons anciennes.

Pour un effet naturel et ancien, citons entre autres le bardage en terre cuite, peu utilisé mais naturel et résistant au gel et au feu, le bardage en pierre naturelle (basalte, marbre, ardoises), ou encore le bardage en béton, moins esthétique mais très isolant.

Bien protéger son bardage

Le bois non traité grise toujours avec le temps. Si l’on veut garder la même nuance, on peut le traiter tous les deux à quatre ans avec une lasure incolore ou légèrement teintée qui maintient la couleur naturelle. On peut également protéger le bardage avec une peinture extérieure. Un traitement contre la rouille est obligatoire pour l’acier. La pierre et la terre cuite ne nécessitent quant à eux pas d’entretien particulier. Enfin, avec l’arrivée des produits composites, on a une meilleure résistance aux UV et aux intempéries.