Black Friday : Volotea propose 100.000 billets d'avion à un euro et relance une vieille polémique

LOW COST Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports, avait déjà dénoncé les prix anormalement bas de certaines compagnies aériennes

20 Minutes avec agence
— 
Un avion de la compagnie Volotea, à Nantes.
Un avion de la compagnie Volotea, à Nantes. — F.Elsner/20Minutes

Pour le Black Friday, la compagnie Volotea va proposer 100.000 billets d’avion à un euro pour des départs en décembre ou janvier. Cette opération concerne des vols intérieurs entre différents aéroports français (Lyon, Marseille, Nantes…) mais aussi des vols vers l’Espagne ou l’Italie, rapporte BFMTV. Elle fait écho à une pratique dénoncée par le gouvernement français depuis des mois.

« Un billet à 5 euros, ça n’existe pas »

En mars dernier, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari avait évoqué les prix anormalement bas proposés par les compagnies low cost. « Un billet à 5 euros, ça n’existe pas. Quand ça existe, c’est que quelqu’un paie le différentiel de prix. Or, ce sont souvent les collectivités, mises en concurrence par les opérateurs », indiquait le ministre lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

Les petits aéroports sur lesquels les avions low cost se posent doivent faire de nombreux efforts financiers pour attirer les compagnies aériennes. La pratique favorise aussi le dumping social, avec des différences de salaires au sein de l’Union européenne.

L’Autriche a pris des mesures

L’impact environnemental est également pointé du doigt. Ces avions sont souvent pleins et consomment donc davantage de carburant. « On a laissé prospérer en Europe des modèles qui sont des modèles datés qui honnêtement ont fabriqué des précaires dans le travail et je crois que dans le monde d’après, ce n’est plus possible », avait fustigé le ministre des transports sur BFMTV en juillet dernier.

La vente de billets en dessous de 40 euros est interdite. Une mesure qui vise autant à réduire l’impact du secteur aérien sur la planète qu’à lutter contre le dumping social. Le gouvernement autrichien souhaitait également instaurer une taxe de 30 euros pour tous les trajets effectués en avion sur une distance inférieure à 350 kilomètres.

Volotea n’en est pas à son coup d’essai. En 2019, la compagnie espagnole avait proposé une vente flash avec des vols à deux euros pour la Corse.