Logement : Le chauffage au sol, bon ou mauvais calcul ?

VIE PRATIQUE Utile pour les grands espaces, son système mise sur la répartition de la chaleur et le confort dans toutes les pièces

C.C. pour 20 Minutes
— 
Avec le chauffage au sol, des tuyaux en polyéthylène circulent dans la maison, enroulés en forme d’escargot
Avec le chauffage au sol, des tuyaux en polyéthylène circulent dans la maison, enroulés en forme d’escargot — Istock / City Presse

Silencieux, invisible, réversible… Les avantages du chauffage au sol sont nombreux. Utile pour les grands espaces, son système mise sur la répartition de la chaleur et le confort dans toutes les pièces. Mais est-ce vraiment un bon calcul ?

Hydraulique ou électrique

Avec le chauffage au sol, c’est par le carrelage ou le parquet que s’opère la mise en chauffe de la maison. De l’autre côté de la chape de béton, des tuyaux en polyéthylène circulent dans toutes les pièces de la maison, enroulés en forme d’escargot. Fonctionnant à l’eau ou à l’électricité, le système chauffe alors à 40 °C et permet à la chape d’emmagasiner la chaleur pour la diffuser par rayonnement dans le sol et dans l’air à 28 °C maximum.

À l’inverse d’un radiateur qui chauffe autour de lui-même, la température se diffuse de façon homogène. Résultat : pas d’écart de température entre les pièces, pas de coup de froid dans les couloirs ou dans les escaliers et, une fois l’hiver passé, c’est de l’eau froide qui circule sous les pieds. Le plancher chauffant devient alors climatiseur et rafraîchit la maison durant les chaleurs estivales.

Une installation rentable

Certes, le coût de l’installation reste onéreux, surtout si la maison à équiper est vaste. Comptez entre 70 et 100 euros par m2 pour un circuit à eau et la moitié pour la version électrique. Mais ce système de chauffage est éligible à différentes aides publiques, et notamment aux primes énergie (certificats d’économie d’énergie), ce qui permet d’atténuer la facture.

De même, le chauffage au sol est rentable sur le long terme, surtout si l’on choisit la version hydraulique. Il est aussi compatible avec de nombreuses chaudières et peut être couplé avec une pompe à chaleur. Sachez également que ce type de chauffage est compatible avec de nombreux types de sol comme le carrelage, la pierre, le béton, le parquet, mais aussi le stratifié, le vinyle, le liège ou la moquette. La température au sol ne peut pas dépasser les 28 °C, ce qui permet d’éviter les risques de jambes lourdes et les problèmes circulatoires.

Plus d’avantages que d’inconvénients

Recommandé pour les grandes pièces, le chauffage au sol n’est pas aussi performant pour les petits espaces, comme les salles de bains, par exemple. Attention aussi aux accumulations de sources de chaleur, comme le soleil sur les grandes baies vitrées ou les autres appareils, qui peuvent créer une atmosphère étouffante.

L’inconvénient majeur de ce mode de chauffage reste son coût à l’installation, comme dit plus haut, mais surtout à l’entretien. Si le système venait à fuiter ou à montrer des signes de fatigue, le chauffagiste n’aurait pas d’autres choix que de tout casser pour établir son diagnostic. Mieux vaut donc appeler ce professionnel tous les deux ans pour une complète révision et une purge nécessaire à un nettoyage efficace.