L’horizon s’éclaircit pour Airbus, avec des ventes en hausse, mais des tensions sur l’approvisionnement

AERONAUTIQUE Les ventes d’avions ont progressé de 17 % depuis le début de l’année après une année 2020 très compliquée

20 Minutes avec AFP
— 
Un bâtiment de l'avionneur européen Airbus, ici à Toulouse.
Un bâtiment de l'avionneur européen Airbus, ici à Toulouse. — Manuel Blondeau/AP/SIPA
  • L’avionneur européen a présenté ses résultats et objectifs financiers ce jeudi.
  • Airbus affiche un bénéfice net de 404 millions d’euros au troisième trimestre.
  • Si les voyants sont à nouveau au vert, Airbus note des difficultés d’approvisionnement de ses fournisseurs.

Après un énorme trou d’air en 2020 en raison de la crise sanitaire, et du crash du secteur aérien, Airbus retrouve des couleurs. Ce jeudi, lors de la publication de ses résultats et prévisions financières, l’avionneur européen a affiché un bénéfice net de 404 millions d’euros au troisième trimestre, symbolique de la reprise progressive de ses activités.

Alors qu’il avait enregistré une perte nette de 767 millions d’euros un an plus tôt, il a livré depuis janvier 424 avions depuis le début de l’année, contre 341 sur la même période de 2020. Airbus envisage d’atteindre à la fin de l’année le chiffre de 600 livraisons, contre 566 l’an dernier.

Reste qu’en raison d’un effet de rattrapage de l’an passé, et moins de livraisons au troisième trimestre, son chiffre d’affaires a fléchi de 6 %, à 10,518 milliards d’euros.

Fin septembre, son bénéfice net s’établit tout de même à 2,6 milliards d’euros, avec des ventes en hausse de 17 %. Il table désormais sur un bénéfice opérationnel ajusté de 4,5 milliards d’euros cette année, contre 4 milliards envisagés jusque-là.

Tensions dans l’approvisionnement

Pour Guillaume Faury, son président exécutif, cela reflète « une bonne performance de l’ensemble de l’entreprise ainsi que l’attention portée à la réduction des coûts et à la compétitivité ».

L’avionneur, qui a relancé la hausse de ses cadences de production, notamment de son best-seller l'A320, reste toutefois attentif aux capacités de ses fournisseurs à suivre. « Nous observons tous les tensions dans la chaîne d’approvisionnement (…), les difficultés qu’il y a à sortir d’une sorte d’hibernation de 15 mois et à repartir de l’avant dans un monde où de nombreux produits de base et de nombreux secteurs reprennent leur activité », a ainsi expliqué ce jeudi Guillaume Faury.

Airbus affichait fin septembre un carnet de commandes de 6.894 appareils, dont 5.657 de la famille A320 lui assurant de nombreuses années de production.