« Une étape historique », la SNCF perd officiellement l’exploitation de la ligne TER Marseille-Nice

MOBILITÉ « C’est une étape historique et une première en France », s’est félicité lors de la présentation de cette délibération le président de la région, Renaud Muselier

20 Minutes avec AFP
— 
Un TER de la région Paca en gare de Marseille
Un TER de la région Paca en gare de Marseille — Anne-Christine Poujoulat /AFP

Une première en France. Les élus de la région PACA ont entériné ce jeudi l’attribution de l’exploitation de la ligne ferroviaire Marseille-Nice au groupe privé Transdev à partir de 2025, mettant fin au monopole de la SNCF.

Réunis en assemblée plénière, les élus de la région ont adopté à la majorité absolue la délibération proposée par l’exécutif régional visant à attribuer à Transdev la ligne TERMarseille-Toulon- Nice.

« Le trafic sera doublé »

« C’est une étape historique et une première en France », s’est félicité lors de la présentation de cette délibération le président de la région, Renaud Muselier (Les Républicains), qui a promis grâce à cette mise en concurrence une amélioration des services pour les usagers avec un taux de ponctualité à « 92 % en 2025 » ainsi qu’un taux d’annulation de 2 %. En 2016, selon la Région, 20 % des trains étaient en retard et 10 % des trains étaient annulés.

Toujours selon la région, « le trafic sera doublé », passant de sept allers-retours quotidiens à 14, pour « un coût équivalent ». Le contrat de concession de 10 ans est estimé à 870 millions d’euros.

« Ces mises en concurrences sont trop précipitées », a dénoncé le Rassemblement national, qui a voté contre cette délibération, estimant notamment que la sécurité renforcée au sein des TER, promise par la Région, n’était pas effective.

Le droit européen impose à partir de décembre 2023 une mise en concurrence du trafic ferroviaire pour toutes les régions.