Paris-Granville, Colmar-Metzeral… Les vacances en TER, nouveau filon pour le guide Michelin

TRANSPORTS La célèbre collection s’associe avec la SNCF pour promouvoir ce mode de déplacement

Nicolas Raffin
— 
Illustration d'un TER.
Illustration d'un TER. — ALLILIMAGES/SIPA
  • Les éditions Michelin ont présenté ce mercredi un nouveau guide pour des vacances avec des déplacements exclusivement en TER.
  • Ce livre répond à une demande toujours plus forte pour « l’éco-tourisme ».
  • Mais le train reste encore un mode de déplacement très marginal comparé à la voiture.

Pour les prochaines vacances, ceux qui aiment prendre leur temps prendront le train. Le guide Michelin a présenté ce mercredi un guide * pour se déplacer exclusivement sur les rails pendant ses congés. En partenariat avec la SNCF, il propose donc 40 voyages de plusieurs jours à travers les régions de France, au rythme des arrêts en gare. Et ici, pas question de prendre le TGV : tous les itinéraires proposés se font en TER.

Les Parisiens sont ainsi invités à redécouvrir la ligne Paris-Granville, avec plusieurs arrêts pour le tourisme : Dreux et sa chapelle royale, Argentan et son cadre naturel, Vire et sa célèbre andouille. Mais les autres régions ne sont pas oubliées : le guide couvre tout l’Hexagone, avec par exemple la ligne Clermont-Ferrand-Aurillac, Agen-Montauban ou encore Colmar-Metzeral. Une sélection d’hébergements et de restaurants à proximité des gares complète chaque étape, avec des lieux pour pique-niquer et des adresses pour louer un vélo ou un canoë.

Succès du « pass TER »

« Il faut pouvoir voyager de manière plus responsable et plus durable », plaide Philippe Orain, directeur des fameux guides touristiques. Une manière de surfer sur le filon du « slow tourisme » ou de « l’éco-tourisme », qui séduit de plus en plus. Avec les confinements et les restrictions de voyages, de nombreux Français ont en effet pu redécouvrir des endroits proches de chez eux tout en se dépaysant. « Parfois on s’en va très loin en vacances alors que l’on connaît très peu la commune à côté », résumait ainsi ce lundi Karine Desmoulin, présidente de Gironde Tourisme, lors d’une conférence de presse.

Parcourir sa région en train – avec pourquoi pas un vélo pour se balader pendant les étapes – peut aussi permettre de réduire ses dépenses. La preuve avec le succès du « pass TER », qui permettait aux 12-25 ans de voyager en illimité sur les TER en France cet été, pour 29 euros mensuels. « Nous en avons vendu 84.000 en juillet-août 2021, contre 70.000 l’année dernière. Il y avait une vraie demande car cela facilite les voyages », se félicite Jean-Aimé Mougenot, directeur TER chez SNCF Voyageurs.

Augmenter la fréquentation

Les éventuels curieux qui voudraient se servir du nouveau guide Michelin pour leurs prochaines vacances ne devraient pas être trop serrés à bord. Selon l’Autorité de régulation des transports, le taux d’occupation des TER – avant le Covid-19 – oscillait en moyenne entre 20 % et 30 % suivant les régions (contre plus de 70 % pour les TGV). « Notre objectif commun, c’est que les trains soient les plus fréquentés possible, sur l’ensemble du territoire » reconnaît Jean-Aimé Mougenot, qui rappelle par ailleurs que sur les TER, ce sont les régions qui ont la main en tant qu’autorités organisatrices des transports.

De manière générale, le train est encore loin d’être le mode de déplacement privilégié des Français. D’après l’enquête « mobilité des personnes » réalisée par le gouvernement en 2019, 74 % des déplacements « personnels » de plus de 80 kilomètres (visite à des proches, vacances, loisirs) se font en voiture, et seulement 11 % en train.

Vacances en train. 40 voyages sans voiture pour parcourir la France de gare en gare (Ed. Michelin, 19,90 euros).