Logement : Comment faire face à une invasion de termites ?

VIE PRATIQUE S’ils ne sont pas éradiqués rapidement et durablement, les termites peuvent provoquer de gros dégâts

M.K. pour 20 Minutes
— 
Termite inspector in residential crawl space inspects a sill for termites.
Termite inspector in residential crawl space inspects a sill for termites. — IStock / City Presse

Voilà des décennies que les pouvoirs publics prennent des mesures de prévention et de lutte contre l’invasion des termites. Malgré tous ces efforts, ces insectes demeurent un véritable problème sanitaire. Mettant à mal la solidité des maisons, ils se développent dans les structures en bois des bâtiments et dévorent la cellulose dont ils ont besoin. Vivant en colonies, les termites s’organisent pour ravager votre construction.

Une législation stricte

Plus d’une cinquantaine de départements ont été déclarés zones infestées par les termites par des arrêtés préfectoraux. Le sud-ouest de la France est particulièrement concerné, tout comme les départements des côtes atlantique et méditerranéenne, ceux bordant les vallées du Rhône, de la Garonne et de la Loire, ainsi que l’Île-de-France. Vous pouvez consulter la carte nationale de la situation sur le site internet de l’Observatoire national termite : Termite.com.fr.

Dans les zones contaminées par l’insecte, l’arrêté local impose aux propriétaires ou aux syndics de copropriété de faire réaliser un diagnostic termites du logement ou de l’immeuble dans les 6 mois qui précèdent la vente immobilière. Le document fait partie de la liste des études obligatoires regroupées dans le dossier de diagnostic technique (DDT).

Que vous soyez ou non en zone infestée, la législation vous impose par ailleurs de faire une déclaration en mairie dès lors que vous constatez la présence de termites dans votre domicile, sous peine d’amende. Il faudra ensuite faire réaliser les travaux nécessaires à leur éradication.

Pour vivre heureux, vivons cachés

Pas la peine de guetter jour et nuit l’apparition de termites sur vos charpentes, vous ne feriez que perdre votre temps car ces insectes xylophages se cachent sous terre, à l’abri de la lumière, et creusent des galeries pour rejoindre leur termitière. La présence de ces voraces n’est donc pas facile à détecter et, généralement, lorsque l’on s’en aperçoit, les dégâts sont déjà assez importants. Les termites grignotent le bois de l’intérieur et évoluent depuis le sous-sol. Ils attaquent d’abord les planchers avant de dévorer les huisseries en bois, les placards, les plinthes…

Pour s’assurer de la présence des insectes, il existe des pièges contenant de la cellulose à disséminer un peu partout autour de la maison, mais le mieux reste de faire réaliser un diagnostic par un spécialiste qui examinera le sous-sol, les pièces humides ou non ventilées, les abords de la construction…

S’en débarrasser définitivement

Si, malheureusement, votre maison est bien infestée, votre portefeuille va en prendre un coup, car les traitements de désinsectisation pour les termites s’élèvent parfois à plusieurs milliers d’euros. Sachant que l’absence de traitement pourrait provoquer l’effondrement de votre habitation, ils n’en restent pas moins nécessaires et… obligatoires.

Pour éradiquer la présence de ces insectes xylophages, vous avez deux possibilités. La première consiste à former une barrière chimique tout autour et à l’intérieur de la maison en perçant les murs tous les trente centimètres pour y injecter un produit termicide avant de tout reboucher. Uniquement répulsif, ce mode de traitement n’est pas totalement satisfaisant puisqu’il ne détruit pas les insectes. En clair, il n’élimine pas les nuisibles mais les repousse plus loin, chez les voisins notamment… L’autre solution est d’utiliser des pièges-appât insecticides afin d’éliminer l’ensemble de la colonie de façon durable. Une surveillance du bâtiment reste recommandée après la fin du traitement, car l’on n’est jamais à l’abri d’une nouvelle attaque.

A qui faire appel ?

Soyez vigilant dans le choix de l’entreprise de désinsectisation et préférez un artisan certifié par le Centre technique du bois et de l’ameublement (FCBA). Vous pouvez en trouver la liste sur le site Ctbaplus.fr.