Energie : Le télétravail fait grimper la facture d’électricité

ARGENT Si le télétravail permet de gagner du temps vis-à-vis des trajets, il a toutefois un impact non négligeable sur votre consommation énergétique à domicile

Julie Polizzi pour 20 Minutes
— 
One man, young man sitting on sofa at home, working on laptop, wearing headset, his pet dog is sitting next to him on sofa.
One man, young man sitting on sofa at home, working on laptop, wearing headset, his pet dog is sitting next to him on sofa. — IStock / City Presse

Largement utilisé depuis le début de la pandémie, le télétravail réunit bon nombre d’avantages, aussi bien en termes de productivité que d’économies financières. Travailler à la maison permet d’éviter beaucoup de stress dans les bouchons, mais aussi d’alléger parfois considérablement la facture de carburant.

Sans compter que les repas pris chez soi sont bien souvent faits maison et par conséquent moins chers. Revers de la médaille : tout ce temps passé à domicile entraîne une augmentation de vos consommations électriques et de chauffage.

Une hausse chiffrée

Bon nombre de particuliers ont vu la différence dès le premier confinement. Ainsi, alors que 8 millions de personnes ont pratiqué le télétravail et que 5,8 millions d’autres ont été confrontées au chômage partiel, sans compter les malades, « les équipes R & D d’EDF (ont estimé) la hausse de la consommation d’électricité de 5 à 7 % par foyer » durant le printemps 2020, d’après un communiqué publié par le gestionnaire d’énergie. Or, si une grande partie des Français ont depuis retrouvé le chemin de l’entreprise, beaucoup effectuent encore tout ou partie de leurs heures de travail à domicile.

Partant de ce constat, le fournisseur d’électricité Alpiq, nouveau sur le marché, a récemment estimé qu’un couple sans enfant habitant un appartement de 55 m2 en région parisienne subit une augmentation de sa facture de 13 euros par mois en étant à 100 % en télétravail sur l’année. Car l’utilisation prolongée de votre ordinateur, du wifi, de l’éclairage, sans oublier des appareils de cuisson pour les repas du midi, finissent par peser sur vos consommations, sachant qu’il faudra en plus y ajouter le chauffage l’hiver.

Les bons gestes

Pour maîtriser votre facture électrique, il est impératif d’appliquer différents écogestes simples qui sont d’ailleurs valables pour tous les foyers. Premier réflexe à avoir : branchez votre ordinateur et votre imprimante sur une multiprise distincte que vous éteindrez à chaque fois que vous ne vous servirez pas de votre matériel. S’il s’agit d’un modèle portable, pensez à débrancher le chargeur une fois l’appareil entièrement rechargé, ce qui assurera au passage la longévité de la batterie. Les modes veille et d’économie d’énergie de l’écran servent à limiter la consommation de votre ordinateur. De même, il est judicieux d’installer son poste de travail dans une petite pièce qui vous préservera du bruit, tout en étant plus facile à éclairer et à chauffer.

De façon générale, pensez à jouer sur le dispositif des heures creuses, inclus dans certains abonnements, en faisant au maximum tourner la machine à laver, le sèche-linge et autre lave-vaisselle le soir et la nuit, ou en milieu de journée selon la plage horaire définie dans le contrat.

Enfin, les fournisseurs d’énergie recommandent généralement de débrancher la box internet (l’éteindre ne suffit pas) avant d’aller se coucher chaque nuit pour réaliser quelques économies supplémentaires. Néanmoins, cette pratique n’a pas bon écho auprès des opérateurs télécoms. Au vu de la faible consommation de ce type d’appareil, cela ne changerait en effet pas grand-chose sur votre facture annuelle et risquerait en revanche de détériorer ce matériel, qui n’est pas conçu pour absorber un pic de tension systématique à chaque nouveau démarrage quotidien. Les opérateurs recommandent plutôt de débrancher la box internet pendant les longues périodes d’absence.

Une prise en charge possible

Si les ordonnances Macron de 2017 ont supprimé l’obligation explicite de rembourser les frais issus du télétravail, l’accord interprofessionnel de 2005, toujours en vigueur, prévoit de toute façon que l’entreprise doit prendre en charge tous les coûts engendrés par le travail. Plusieurs conventions collectives imposent une indemnité en la matière. Renseignez-vous auprès de votre employeur.