Provence : L'huile essentielle de lavande bientôt interdite par l'Europe ?

FAKE OFF Professionnels et politiques provençaux se sont mobilisés, craignant de voir l’huile essentielle de lavande être classée « substances dangereuses » par l’UE, ce que la Commission européenne dément

Mathilde Ceilles
— 
Illustration d'un champ de lavande
Illustration d'un champ de lavande — MARCO BERTORELLO / AFP
  • En Provence, les lavandiculteurs se sont mobilisés cet été de crainte de voir l’huile essentielle de lavandin être interdite par l’Union européenne.
  • Une interdiction qui n’est pas à l’ordre du jour selon la Commission européenne.
  • Une rencontre entre des représentants de la Commission européenne et ceux de la lavandiculture est organisée ce jeudi à Marseille afin de désamorcer les craintes.

Des producteurs qui lancent une pétition à succès, des élus locaux qui montent au créneau, et voilà l’huile essentielle de lavande sur le feu. Depuis plusieurs semaines, en Provence, les principaux acteurs de la filière lavande disent vivre dans la peur : celle de voir l’huile essentielle de lavandin être classée comme produits dangereux par la Commission européenne​, dans le cadre d’une évolution de la réglementation. « Ca fait des millénaires qu’on l’utilise, peste Alain Aubanel, président de l’Union des professionnels de plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France auprès de 20 Minutes. Pourquoi tout d’un coup un produit naturel serait-il dangereux ? Tout ça parce qu’on n’arrive pas à décomposer molécule par molécule ? »

Dans le viseur d’Alain Aubanel, une révision annoncée de deux réglementations, l’une pour protéger la santé et l’environnement baptisée REACH, l’autre, le CLP, relatif à la classification, l’étiquetage et l’emballage des produits. Vraie crainte ou simple spéculation ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Interrogée par 20 Minutes, la Commission européenne s’inscrit en faux. « L’Union européenne n’a pas l’intention d’interdire les huiles essentielles de lavande, indique la Commission européenne. Les craintes à ce sujet sont infondées. Oui, la législation européenne va être révisée avec pour objectif de mieux protéger la santé des consommateurs et l’environnement. Mais comme avant tout changement de législation, la Commission européenne consultera très largement tous les acteurs du secteur, y compris les producteurs de lavande, avec lesquels nous sommes déjà régulièrement en contact. »

Selon nos informations, une rencontre entre représentants des producteurs de lavande et des représentants de la Commission européenne est d’ailleurs prévue à l’aéroport de Marseille ce jeudi, afin d’engager un dialogue et dissiper d’éventuelles craintes des professionnels. « Il s’agit d’un groupe de travail, affirme Alain Aubanel, afin d’aller plus loin que les échanges de mail qu’on a eus ces dernières semaines, suite au bazar qu’on a mis. Les informations sont plutôt positives, mais rien n’est gagné. »

« Les huiles essentielles sont déjà définies comme des substances chimiques et sont réglementées en tant que telles par les règlements Reach et CLP, rappelle à 20 Minutes la Commission européenne. Dans les révisions prévues, la Commission n’a pas l’intention de modifier ni de commencer à exiger une analyse de chaque molécule dans les huiles essentielles. »

Et d’affirmer : « Il n’y aura pas de propositions législatives avant fin 2022. Et ces propositions, comme toute proposition législative présentée par la Commission, devront être ensuite discutées puis adoptées par le Parlement européen d’un côté et par le Conseil qui réunit les 27 Etats membres de l’autre. Cela veut dire que les nouveaux règlements Reach et CLP n’entreront pas en vigueur sans avoir été largement discutés et éventuellement amendés. » Selon Alain Aubanel, le président de la région Paca Renaud Muselier fera le déplacement à Bruxelles à ses côtés au mois de novembre pour défendre la cause des lavandiculteurs auprès de l’Union européenne.