L'état veut sauver Heuliez

— 

Le spectre d'une fermeture grandit pour le constructeur et équipementier automobile Heuliez. Le groupe, qui assemble notamment le cabriolet Opel Tigra TwinTop, négocie actuellement un plan de refinancement sans lequel il risque une cessation de paiement, en avril. L'entreprise, installée dans les Deux-Sèvres (Cerizay), et qui se heurte à des difficultés de financements depuis un an, est le premier employeur industriel du département avec 1 000 emplois directs et un millier d'autres indirects.

Un Comité d'entreprise (CE) extraordinaire doit avoir lieu aujourd'hui, à la demande de la CFDT. L'organisation syndicale craint l'échec du montage financier prévu. En plus d'un apport de 15 millions d'euros d'un pool bancaire, de 15 millions de plusieurs fonds d'investissements et de 5 millions de la région Poitou-Charentes, ce plan de relance de la dernière chance, après le retrait du groupe indien Argentum Motors, prévoit surtout un apport de 10 millions d'euros de l'Etat, via le Fonds stratégique d'investissement (FSI). Un système d'aide mis en place avec la Caisse des dépôts pour soutenir les entreprises stratégiques face à la crise.

Pour la CFDT, un refus de financement de l'Etat sonnerait le glas de l'entreprise. « On a absolument besoin de ce financement. Dans le cas contraire, d'ici à la fin du mois prochain, Heuliez pourrait se déclarer en faillite », a expliqué à l'AFP, samedi, Claude Point, secrétaire CFDT du CE.

« Depuis six mois, Luc Chatel [secrétaire d'Etat à l'Industrie] travaille avec Heuliez et tous les acteurs locaux concernés. Il est en train de mettre sur pied des propositions », a répondu, hier, la ministre de l'Economie, Christine Lagarde. Avant d'affirmer qu'il « est encore trop tôt pour évoquer une intervention du FSI en faveur du constructeur ».

« Tous les acteurs régionaux sont les bienvenus pour apporter leur écot à ce plan pour une activité d'avenir », a ajouté la ministre. Et de conclure : « Je suis heureuse que la région Poitou-Charentes s'intéresse au dossier, et je recevrai Ségolène Royal, avec Luc Chatel, dans les prochains jours ». ■