Cannes : Un studio télé inauguré au palais... Pour redémarrer ses congrès, la cité des festivals mise (aussi) sur le distanciel

CRISE SANITAIRE Face au Covid-19, le Palais des festivals propose un équipement permettant aux organisateurs de s’adresser également à du public qui n’a pas fait le déplacement

Fabien Binacchi
Un plateau télé de 120m2 a été installé dans une salle de projection
Un plateau télé de 120m2 a été installé dans une salle de projection — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Dans la salle Estérel du Palais des festivals de Cannes, c’est un plateau télé de 120 m2, bardé de caméras, que le centre de congrès vient d’inaugurer.
  • « C’est un réel besoin de nos clients. Il faut qu’ils puissent proposer à leurs accrédités de participer y compris à distance », explique Jean-Michel Arnaud, le président du centre cannois.

Au cinquième étage du palais, la salle Estérel (et ses 452 places) a laissé tomber son grand écran de projection. Désormais, face aux fauteuils rouge théâtre, c’est un plateau télé de 120 m2, bardé de caméras, que le centre de congrès vient d’inaugurer. De là, les nombreux salons organisés chaque année sur la Croisette pourront s’adresser à d’autres professionnels qui n’auront pas fait le déplacement jusqu’à Cannes, où une grande partie de l’économie, en berne depuis des mois, vit du tourisme d’affaires.

Une adaptation rendue obligatoire avec la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. « C’est un réel besoin de nos clients. Il faut qu’ils puissent proposer à leurs accrédités de participer y compris à distance », explique Jean-Michel Arnaud, le président du centre cannois. Avec, à la clé, la possibilité d’organiser des événements « 100 % digitaux » mais surtout « hybrides ». « Ils sont devenus une composante du retour des salons et congrès en présence physique », tranche le maire LR de Cannes David Lisnard.

« Certains événements ne se relèveront pas »

Le Mipm, ouverts aux professionnels de l’immobilier, et le Yachting festival ont essuyé les plâtres de ce « Hi5 studio » ces dernières semaines. En octobre, le Mipcom, un marché mondial des programmes de télévision, et CanneSeries s’en serviront aussi. « D’autres outils numériques sont en cours de développement, et notamment une plateforme Internet clés en main, pour aider les organisateurs de congrès à proposer efficacement tous leurs contenus en ligne au monde entier », précise aussi Jean-Michel Arnaud.

« On sait que certains événements ne se relèveront certainement pas de cette crise. Mais pour le moment, nous sommes pleins en 2022, assure le patron du centre de congrès. On s’en sort finalement mieux que selon certains scénarios que l’on projetait. »

Pour accompagner le redémarrage de son activité, après l’annulation de nombreux salons, Cannes a même décidé de créer son propre contenu. La ville va lancer un « Salon international professionnel et grand public de l’intelligence artificielle », en février 2022 et le Cannes international resilience forum, sur la gestion des risques, en mars.