Prix de l’électricité : UFC-Que Choisir alerte sur un « risque d’explosion » des factures début 2022

PORTE-MONNAIE L'association de consommateurs demande aux pouvoirs publics d'agir  

M.F avec AFP
— 
L'association de consommateurs UFC-Que choisir a alerté lundi sur le
L'association de consommateurs UFC-Que choisir a alerté lundi sur le — geralt / Pixabay

Se chauffer à l’électricité cet hiver risque de coûter cher. L’UFC-Que Choisir a procédé à une estimation de l’évolution tarifaire de l’électricité qui devrait être annoncée en janvier 2022. Selon un communiqué dévoilé ce mardi par l’association de consommateur, la hausse du tarif réglementé de vente d’électricité (TRVE) au début de l’année 2022 « atteindra 11,3 % HT, soit près de 10 % TTC », soit une facture de l’ordre de 1.700 euros par an contre 1.550 euros par an début 2021. Une estimation qui prend en compte « le degré d’exposition du TRVE aux prix sur les marchés de gros, et le niveau de ces prix sur les marchés de gros d’ici à la fin de l’année ».

« Concrètement, cela représentera une augmentation moyenne de 150 € sur la facture annuelle d’électricité d’un ménage l’utilisant pour le chauffage », alerte encore l’association, soit davantage que « le coup de pouce de 100 € du chèque énergie (dont sont privés 80 % des ménages) censé répondre uniquement aux hausses déjà massives du gaz et des carburants ». « Cette sombre perspective n’est toutefois pas inéluctable, puisque les pouvoirs publics disposent de plusieurs leviers pour l’éviter », pointe l’UFC-Que Choisir.

Le gouvernement « regarde toutes les options »

L’association demande au gouvernement le « relèvement du plafond de l’ARENH », un mécanisme qui permet aux fournisseurs alternatifs d’acheter de l’électricité nucléaire à un prix régulé, et la baisse de certaines taxes alourdissant la facture des consommateurs d’électricité.

« On regarde toutes les options » pour la suite, avait-on indiqué mercredi dernier à Matignon lors de la présentation de la rallonge du chèque énergie. « A ce stade, le gouvernement a répondu à la hausse de prix de l’énergie avec une mesure forte pour protéger le pouvoir d’achat de près de 6 millions de ménages : un chèque énergie exceptionnel de 100 euros, qui s’ajoute aux vagues habituelles annuelles de 150 euros en moyenne », a réagi le ministère de la Transition écologique, ajoutant qu’il resterait « vigilant à l’évolution de la situation ».

Les prix des matières premières en forte hausse après le Covid

Interrogée lundi sur l’estimation de l’UFC, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) n’a pas souhaité réagir. La CRE calcule les tarifs réglementés sur la base de nombreux paramètres (coûts de fourniture, transport, distribution, taxes…) et propose ensuite au gouvernement, qui décide in fine. 

Les tarifs réglementés de vente de l’électricité sont révisés deux fois par an : ils ont déjà augmenté de 1,6 % en février, puis de 0,48 % en août pour les particuliers. Mais les prix flambent actuellement sur les marchés de gros, faisant craindre une très forte hausse en février 2022. En effet, même si la France produit surtout son électricité avec ses centrales nucléaires, les prix sur le marché suivent ceux des matières premières (gaz et charbon), en forte hausse du fait de la reprise économique post-Covid. Ils sont aussi influencés par la hausse des prix des quotas d’émission du CO2.