L'emploi fond du côté de Rencast

— 

Ces sont 850 salariés supplémentaires qui vont bientôt devoir s'inscrire au Pôle emploi. Selon l'AFP, le tribunal de commerce de Lyon a en effet autorisé, hier, la mise en liquidation du groupe français Rencast, spécialisé dans la fonderie en aluminium pour l'automobile. La société, dont le siège est à Bron, dans la banlieue de Lyon, avait été reprise en juillet 2008 par le groupe métallurgique italien Zen, après avoir été placée en redressement judiciaire en décembre 2007.

Selon le tribunal de commerce, la poursuite de l'activité de Rencast a été autorisée jusqu'au 18 juin, et un liquidateur judiciaire a été nommé. Les cinq sites de production de Rencast en France sont situés à Brive (Corrèze), Châteauroux (Indre), Delle (Territoire de Belfort), Reyrieux (Ain) et Thonon (Haute-Savoie).

Un comité central d'entreprise avait été convoqué mardi, au cours duquel les syndicats avaient été informés de la décision de la direction de demander la mise en liquidation de Rencast, a-t-on précisé de source syndicale. La direction de Rencast n'était pas joignable hier en début d'après-midi.

Le groupe familial Zen, implanté à Padoue, dans le nord de l'Italie, emploie 600 salariés dans le pays. En France, il a déjà racheté , outre la SBFM (en redressement judiciaire) et Rencast, Fabris à Châtellerault (380 salariés), ou encore le groupe lyonnais Florence et Peillon (400 personnes). ■