Pass sanitaire : Le contrôle coûtera « plusieurs millions d’euros » à la SNCF, selon son PDG

SURCOUT Le contrôle du pass sanitaire a été confié à des prestataires car « on ne pouvait pas recruter des milliers de cheminots au dernier moment », a notamment expliqué le PDG de la SNCF

20 Minutes avec agences
— 
Le contrôle du pass sanitaire dans certains trains est en place depuis le 9 août dernier.
Le contrôle du pass sanitaire dans certains trains est en place depuis le 9 août dernier. — Jonathan Rebboah-POOL/SIPA

Le surcoût est en cours d’évaluation mais le contrôle des pass sanitaires dans les trains coûtera « plusieurs millions d’euros » à la SNCF, a estimé dimanche son PDG Jean-Pierre Farandou dans l’émission Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Depuis le 9 août, les passagers doivent en effet être en mesure de présenter un pass sanitaire pour prendre un TGV (Inoui et Ouigo), un Intercités ou un train longue distance international au départ de la France.

Le contrôle du pass a été confié à des prestataires car « on ne pouvait pas recruter des milliers de cheminots au dernier moment », a expliqué Jean-Pierre Farandou. Cette dépense s’ajoute aux 60 millions d’euros déboursés jusqu’ici pour la désinfection des trains, a-t-il indiqué, estimant que le surcoût total de ces mesures sanitaires atteindrait « pas loin d’une centaine de millions d’euros ». « Je n’ai pas de regrets par rapport à ça. Il fallait agir (…) pour respecter de manière très stricte (…) les obligations sanitaires qui nous étaient faites », a-t-il dit.

Le gouvernement a fixé à la SNCF l’objectif de contrôler les pass sanitaires dans 25 % des trains longue distance, a précisé le PDG de la compagnie. « On va augmenter le volume de vérification, on va monter à 30, 40 % des trains », a-t-il toutefois assuré. Pendant les contrôles, « 99 % des passagers sont munis d’un pass sanitaire », a-t-il affirmé, ajoutant que « le petit pour cent qui manque, on arrive à le rattraper » via des tests antigéniques aux abords des gares.