Pourquoi laver sa voiture devant chez soi est-il interdit ?

VIE PRATIQUE Pour faire des économies, de nombreux automobilistes préfèrent laver leur véhicule devant chez eux plutôt que de se rendre dans une station. Mais c’est le plus souvent défendu

J.P. pour 20 Minutes
— 
L'objectif est d’éviter le déversement de produits susceptibles de polluer​l’environnement.
L'objectif est d’éviter le déversement de produits susceptibles de polluer​l’environnement. — IStock / City Presse

Entre les impacts d'insectes, les déjections de volatiles lorsqu’on est garé, les pluies de sable ou les projections de sel sur les routes en hiver, les voitures ne restent jamais propres très longtemps. Et il est essentiel de les nettoyer régulièrement afin de préserver la carrosserie.

Plutôt que de dépenser une dizaine d’euros à la station de lavage la plus proche, de nombreux conducteurs entreprennent alors de s’occuper eux-mêmes de leur véhicule. Car avec les produits adaptés, une éponge et un tuyau d’arrosage, on a tôt fait de redonner bonne mine à son véhicule. Sauf que c’est interdit.

Des pratiques polluantes

Bien que largement méconnue, la législation issue des règlements sanitaires départementaux en vigueur dans chaque territoire prohibe en effet de façon générale « toute projection d’eaux usées, ménagères ou autres sur les voies publiques », à l’exception de celles provenant du lavage des façades des maisons et des devantures des boutiques. Au-delà de la gêne potentielle occasionnée aux usagers, l’objectif est d’éviter le déversement de produits susceptibles de polluer ​l’environnement en s’infiltrant dans le sol ou à travers le réseau des eaux usées et pluviales.

Outre cette interdiction globale, qui devrait suffire à freiner les particuliers, certains textes locaux sont même plus explicites, à l’image du règlement départemental de Paris datant de 1979 et toujours en vigueur, qui précise que « le lavage des voitures est interdit sur la voie publique, les voies privées ouvertes à la circulation publique, les berges, ports et quais ainsi que dans les parcs et jardins publics ». À la clé, vous encourez une amende de plusieurs centaines d’euros, voire davantage s’il est prouvé que vos déversements intempestifs ont causé une pollution.

Une solution est d’opter pour le lavage à sec, une pratique ne nécessitant ni émulsion ni rinçage et qui peut s’effectuer sur la voie publique avec des produits adaptés.