Coronavirus : L’OCDE prévient qu’une reprise trop faible de l’économie européenne laissera « des stigmates »

PREVISIONS Cette situation pourrait notamment creuser les inégalités et saper la confiance dans l’Union européenne

M.F avec AFP
— 
En raison de la crise du Covid-19 et de la baisse du tourisme, la situation économique de l'Espagne était l'une des pires des pays de l'OCDE en novembre 2020, comme d'autres pays du sud de l'Europe.
En raison de la crise du Covid-19 et de la baisse du tourisme, la situation économique de l'Espagne était l'une des pires des pays de l'OCDE en novembre 2020, comme d'autres pays du sud de l'Europe. — Adria Salido Zarco/SIPA

« La crise pourrait laisser des stigmates et rouvrir d’anciennes blessures », a averti l’OCDE dans une étude publiée vendredi sur l’impact du Covid-19 en Europe​. En effet, la crise sanitaire a affecté de manière très inégale les Etats du Vieux-Continent. Les confinements successifs se sont montrés particulièrement destructeurs pour le secteur des services. Or, ce secteur emploie souvent « une abondante main-d’œuvre peu qualifiée », ce qui pourrait entraîner un accroissement des « inégalités et (de) la pauvreté » au sein de l’Europe, affirme l’organisation internationale dans son rapport.

Pour s’attaquer au creusement des écarts entre les Etats et au sein des régions, l’OCDE appelle notamment à utiliser le plan de relance européen de 750 milliards d'euros au travers d’investissements dans la transformation numérique et la transition écologique. Les premiers chèques du plan de relance européen, financé pour la première fois par de la dette levée en commun, ont été débloqués en août dernier.

Les économies du sud de l’UE plus durement touchées

« Si elle ne fait pas l’objet d’une action des pouvoirs publics, la transformation numérique pourrait aggraver les disparités régionales et déboucher sur une concentration spatiale accrue de la croissance et de la création d’emplois », relève l’OCDE.

« Du fait de leur forte dépendance vis-à-vis du tourisme et du nombre élevé de très petites entreprises qui les caractérise, les économies du sud de l’UE sont celles qui ont vu leur PIB chuter le plus fortement en 2020 », explique par ailleurs cette étude. L’Italie avait été le premier pays européen touché par la pandémie en février 2020. Le virus s’était vite répandu en Lombardie, cœur économique du pays devenu pour un temps l’épicentre de la pandémie mondiale. Le PIB italien s'est effondré de 8,9% en 2020.

Concernant la neutralité carbone, une action insuffisamment énergique « défavoriserait de manière disproportionnée les régions fortement dépendantes de l’extraction de charbon et des industries à forte intensité de carbone », prévient-elle aussi.