AIG va être liquidé «de manière ordonnée»

CRISE FINANCIERE C'est le secrétaire au Trésor américain qui le dit...

Avec agence

— 

Le président américain Barack Obama a annoncé dimanche la nomination de trois sous-secrétaires au département du Trésor pour épauler le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, confronté à une crise économique majeure.
Le président américain Barack Obama a annoncé dimanche la nomination de trois sous-secrétaires au département du Trésor pour épauler le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, confronté à une crise économique majeure. — Paul J. Richards AFP/Archives

Le coup de grâce. En plein scandale des primes versées à certains employés, il semble bien que l’idée de redresser l’assureur américaine AIG soit définitivement abandonnée.

 

Le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner, de plus en plus contesté pour sa gestion du dossier AIG, a annoncé mardi une accélération du démantèlement de l'assureur. «Nous allons travailler sur des mesures pour liquider AIG de manière ordonnée et pour protéger le contribuable américain», a assuré le ministre dans une lettre adressée à la présidente démocrate de la Chambre des Représentants Nancy Pelosi et rendue publique dans la soirée par ses services.

 

Tim Geithner en position difficile

 

Le gouvernement américain, qui est détenteur de 79,9% du capital d'AIG depuis sa quasi-faillite de l'automne, espérait jusqu'ici sauvegarder une entreprise amincie, largement recentrée sur les Etats-Unis, après cession de certains de ses actifs pour rembourser les aides de l'Etat.

 

AIG a enregistré l'an dernier la perte la plus élevée jamais subie par une société américaine (99,3 milliards de dollars) et a dû faire l'objet de quatre plans successifs d'aide de l'Etat qui portent l'addition potentielle pour les finances publiques à 180 milliards de dollars. Mais l'hostilité de l'opinion au sauvetage de cette icône de la finance mondiale a pris un tour exacerbé lorsqu'il a été révélé que le groupe avait versé d'énormes primes conséquentes aux responsables mêmes de sa déconfiture.

 

Le scandale éclabousse en premier lieu le secrétaire au Trésor car celui-ci ne peut se défausser, comme d'autres membres de l'équipe Obama, sur l'ancienne administration. Tim Geithner, en sa qualité de président de la Fed de New York, a joué en septembre un rôle crucial dans le premier renflouement d'AIG.