Emploi : Pourquoi les cadres seniors sont une valeur ajoutée pour une entreprise

JOB Expérimentés, experts, les seniors représentent une part importante des cadres en France. Mais ils peinent souvent à retrouver un emploi lorsqu’ils doivent changer d’entreprise

Julie Polizzi pour 20 Minutes
— 
Les seniors sont davantage autonomes et ont moins besoin d’être encadrés.
Les seniors sont davantage autonomes et ont moins besoin d’être encadrés. — IStock / City Presse

À grand pouvoir, grandes responsabilités. Mais ce n’est qu’avec le temps et l’expérience qu’on acquiert le plus souvent l’expertise et les compétences nécessaires. Rien d’étonnant, dès lors, que 17 % des cadres en emploi aient 55 ans ou plus, selon une étude publiée par l’Apec en juin 2021, voire 32 % lorsqu’on englobe les plus de 50 ans (enquête Apec 2020).

Après tout, la notion de « senior » est de plus en plus floue. Dans le monde de l’entreprise, il n’est d’ailleurs par rare qu’on soit intégré à cette catégorie dès 45 ans, seuil marquant la seconde moitié de carrière, tandis qu’on part de plus en plus tard à la retraite.

Un profil aguerri

Durant ces dix, quinze ou vingt d’activité encore à venir, les cadres seniors ont d’importantes qualités à faire valoir. Toujours d’après l’étude 2021 de l’Apec, 25 % des managers jugent que leur principal atout « est leur expérience des cas et situations possibles », suivi de près par « leur expertise technique » (20 %). Ces profils expérimentés ont en effet vécu de nombreuses situations, difficultés et erreurs qui constituent un bagage solide pour affronter de nouveaux challenges et s’adapter aux imprévus. D’autant plus que le background des cadres seniors implique en général un regard différent et du recul sur les pratiques de travail.

Dès lors, ils sont davantage autonomes et ont moins besoin d’être encadrés. Ils peuvent ainsi facilement devenir des piliers sur lesquels on peut se reposer et faire office de courroies de transmission pour le management. Près de la moitié des managers estiment d’ailleurs qu’ils sont, par rapport aux plus jeunes, davantage aptes à désamorcer un conflit. Pas étonnant alors que près d’un cadre senior sur deux travaille à des postes clés, notamment en commercial et dans la gestion, la finance et l’administration.

Un retour à l’emploi difficile

Mais plus les années passent, plus cette reconnaissance professionnelle a tendance à s’essouffler. Et à partir de 60 ans, il est bien difficile d’avoir des perspectives salariales. Un tiers des cadres seniors interrogés par l’Apec jugent en effet que leurs compétences et leur expérience ne sont pas suffisamment valorisées par leur entreprise. Pourtant, on travaille de plus en plus tard. D’après les chiffres 2020 de la Dares, l’institut statistique du ministère du Travail, près de 54 % des Français de 55 à 64 ans sont en emploi, toutes catégories professionnelles confondues, contre seulement 37 % en 2003.

Revers de la médaille : le taux de chômage de cette tranche d’âge est passé de 4,2 % à 5,8 % sur la même période. Pire, les seniors sont les premières victimes du chômage de longue et de très longue durée, puisque les 55 ans ou plus restent en moyenne inscrits plus de deux ans à Pôle emploi (759 jours), soit plus du double que pour l’ensemble des chômeurs (315 jours).

Profiter des dispositifs existants

Tous les moyens sont alors bons pour booster le recrutement de ces travailleurs. Au registre des dispositifs publics, citons l’aide financière à l’embauche d’un salarié de plus de 45 ans en contrat de professionnalisation, le CDD senior ou encore le CDD insertion renouvelable au-delà de deux ans pour les plus de 50 ans.

Plus récent, le CDI inclusion vient de la loi du 14 décembre 2020. L’objectif : permettre aux structures d’insertion (IAE) d’embaucher en contrat à durée indéterminée des salariés de 57 ans et plus en situation de chômage longue durée ou qui rencontrent des difficultés socio-professionnelles, afin de construire avec eux un parcours jusqu’à leur retraite.

Du côté des initiatives privées, notons Talents Seniors, une campagne de parrainage organisée par l’Apec pour mettre en relation des cadres seniors demandeurs d’emploi avec des entreprises et dirigeants dans sept régions de France. De même, l’opération Coup de pouce de l’association professionnelle Syntec Conseil propose un accompagnement ponctuel spécifique aux cadres les plus âgés afin d’optimiser leur recherche d’emploi.

Les astuces pour booster sa candidature

Syntec Conseil a mis en ligne un Mag Coup de Pouce avec des conseils pour booster sa candidature après 50 ans. En voici quelques-uns :

  • Etre concis : votre CV n’est pas un roman et doit se limiter à 2 pages maximum, en prenant garde à ce que tous les éléments importants se trouvent sur la première.
  • Etre percutant : oubliez la liste rébarbative de toutes vos expériences. Faites le tri et optez pour un CV par compétences en les hiérarchisant en fonction des aptitudes développées.
  • Etre dans l’ère du temps : montrez que vous êtes toujours à la page en réalisant un CV moderne et en adaptant les intitulés de vos anciens postes aux dénominations actuelles.
  • Etre transparent : autant indiquer clairement votre âge et en faire une force dans votre lettre de motivation.