Appellation champagne : Denormandie promet de ne rien lâcher face aux Russes et leur loi sur les vins pétillants

GUERRE DES BULLES Le Kremlin entend réserver la dénomination « champanskoïe » aux producteurs russes de vins pétillants et la retirer aux producteurs français

M.F avec AFP
— 
Charles Goemaere, PDG du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC) pose avec une bouteille de vin mousseux russe au nom abusif de 'Champagne', lors de la remise du comité du Champagne d'Epernay (Marne).
Charles Goemaere, PDG du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC) pose avec une bouteille de vin mousseux russe au nom abusif de 'Champagne', lors de la remise du comité du Champagne d'Epernay (Marne). — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Avec sa loi qui ébranle l’appellation protégée du champagne, le Kremlin pousse le bouchon trop loin pour le gouvernement français. « Le seul champagne est français », a réaffirmé vendredi le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie au cours d’une visite à la 75e édition de la foire agricole et commerciale de Châlons-en-Champagne. « Je rencontre les professionnels de la filière cet après-midi. Nous avons sollicité les autorités russes, a-t-il indiqué. On multiplie les discussions avec détermination. On ne lâchera rien »

Le Président du conseil régional du Grand Est, Jean Rottner, a déclaré qu’il devait s’entretenir de ce sujet avec le ministre en fin de journée. Selon le maire d’Epernay, Franck Leroy, « on se dirige vers une solution diplomatique entre la France et la Russie ». La direction du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC) a toutefois fait part vendredi matin d’une absence de réponse à ce stade à la lettre commune envoyée par les ministres Bruno Le Maire, Julien Denormandie et Franck Riester à leurs homologues russes.

Le titre prestigieux de « champagne » rétrogradé à « vin pétillant »

Signée le 2 juillet, la nouvelle loi viti-vinicole russe oblige les distributeurs de champagne à troquer le titre prestigieux de « champagne » contre celui de « vin pétillant » sur la contre-étiquette des bouteilles écrite en cyrillique, réservant la dénomination « champanskoïe » aux producteurs russes de vins pétillants.

Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne a conseillé aux producteurs de ne pas se plier à la nouvelle loi russe et de suspendre temporairement les exportations. La Russie représente le 15e marché d’exportation du champagne, avec environ deux millions de bouteilles sur les 150 millions vendues en moyenne chaque année hors de France.