L'emploi salarié poursuit sa descente vertigineuse

CHÔMAGE es mauvais chiffres s’expliquent notamment par le déclin des missions d’intérim...

Delphine Bancaud

— 

Les femmes devraient dans l'ensemble plus souffrir du chômage que les hommes en 2009 à cause de la crise économique mondiale, selon un rapport du Bureau international du travail (BIT) rendu public jeudi.
Les femmes devraient dans l'ensemble plus souffrir du chômage que les hommes en 2009 à cause de la crise économique mondiale, selon un rapport du Bureau international du travail (BIT) rendu public jeudi. — Denis Charlet AFP/Archives

La dégringolade continue. «L’emploi salarié a encore chuté de 0,5% au quatrième trimestre 2008, ce qui équivaut à une perte de 86.400 postes», a annoncé mercredi Bernard Ernst, directeur statistiques de Pôle emploi. Sur un an, les effectifs salariés ont diminué de 0,4%, soit 66.800 emplois en moins. «Il faut retourner à 2003 pour retrouver une chute pareille», a commenté Bernard Ernst. Ces mauvais chiffres s’expliquent notamment par le déclin des missions d’intérim: en un an, leur baisse s’établit à 29,7%. Un fait d’autant plus inquiétant que l’intérim est considéré comme un indicateur avancé de l’emploi.

Parmi les secteurs les plus touchés par la crise, l’industrie a vu ses effectifs reculer de 0,9% au dernier trimestre 2008 et de 2,2% sur un an (-75 200 postes). «L’industrie ne représente plus que 18% de l’emploi salarié actuel contre 42% en 1976», a commenté Bernard Ernst. Même sinistrose, du côté du tertiaire qui chute de 0,5% au dernier trimestre et de 0,1% sur un an (-16 600 emplois). La construction a un peu mieux résisté car elle affiche une légère progression des effectifs au dernier trimestre 2008 (+0,2%) et sur un an (+1,7%). Ces chiffres positifs ne devraient pourtant pas perdurer car les carnets de commandes des entreprises ont de plus en plus de mal à se remplir.

Quant aux régions les plus touchées par ces baisses d’emplois, «les plus industrielles (Franche-Comté, Champagne-Ardenne, Basse-Normandie, Lorraine…) sont les plus affectées par la chute de l’intérim», a indiqué Bernard Ernst. Au total, dix-sept régions ont vu baisser leurs effectifs salariés sur un an, contre sept qui ont enregistré des créations d’emplois (Corse, Paca, Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Bretagne et Ile-de-France). Reste à savoir comment finira l’année 2009. Là encore, pas de quoi se réjouir. La situation devrait encore empirer en raison de la mise en œuvre de nombreux plans sociaux annoncés. Le gouvernement table d’ores et déjà sur la destruction de 350.000 emplois d’ici à la fin de l’année…