Chômage partiel : 1,3 million de salariés concernés en juin, en forte baisse

EMPLOI Au plus fort de la crise au printemps 2020, près de 9 millions de salariés avaient été concernés par le chômage partiel

20 Minutes avec AFP
— 
Les restaurants cherchent à embaucher pour faire tourner leur activité à plein régime.
Les restaurants cherchent à embaucher pour faire tourner leur activité à plein régime. — SYSPEO/SIPA

Environ 1,3 million de salariés du secteur privé ont été en chômage partiel en juin (7 % des salariés du privé), au plus bas depuis septembre 2020, selon une estimation publiée jeudi par la Dares. Cela représente une baisse de 42 % par rapport au mois précédent (2,3 millions de salariés concernés en mai), selon cette enquête mensuelle du service de statistiques du ministère du Travail sur l’activité et les conditions d’emploi pendant la crise sanitaire du Covid-19.

Au plus fort de la crise au printemps 2020, près de 9 millions de salariés avaient été concernés par le chômage partiel. Le recul en juin touche l’ensemble des secteurs et en particulier le commerce (-67 %) ou l’hébergement-restauration (-40 %), indique la Dares, la cause principale du chômage partiel restant l’indisponibilité des salariés considérés comme fragiles/vulnérables ou en situation de garde d’enfants.

Un million de salariés concernés par des APLD

Interrogée dans Les Echos sur une éventuelle prolongation des aides notamment sur le chômage partiel face au très contagieux variant Delta, la ministre du Travail Elisabeth Borne rappelle que « pour les secteurs où la perte d’activité est supérieure à 80 %, il est de toute façon prévu le maintien d’une couverture à 100 % ».

Elle souligne aussi que « l'activité partielle de longue durée (APLD) continue de se développer, avec 17.000 accords et plus d’un million de salariés concernés », assurant que le gouvernement est « à l’écoute » des professionnels et fait le point avec les branches et les partenaires sociaux « très régulièrement ».

Le télétravail en chute libre

L’enquête de la Dares montre par ailleurs que le télétravail a continué de reculer en juin : 24 % des salariés ont été au moins un jour en télétravail, soit deux points de moins qu’en mai.

En outre, le nombre de jours télétravaillés dans la semaine a également fortement diminué : les salariés concernés par le télétravail ne sont plus que 18 % à avoir télétravaillé tous les jours de la semaine (soit 4 % de l’ensemble des salariés, après 8 % en mai).