Hyperloop travaille sur un train capable de transporter des marchandises à plus de 600 km/h

INNOVATION Ce train circulant dans un tube sera capable d’acheminer 2.800 conteneurs par jour

20 Minutes avec agence

— 

Hyperloop, le train du futur, pourrait mettre en circulation ses premiers modèles d'ici 5 ans, selon les chercheurs.
Hyperloop, le train du futur, pourrait mettre en circulation ses premiers modèles d'ici 5 ans, selon les chercheurs. — Holden/ Hyperloop Techn/ Sipa

Faire voyager les passagers à grande vitesse à bord des trains, cela existe déjà dans plusieurs pays. Hyperloop TT (Hyperloop Transportation Technologies) innove en proposant un train dédié au fret capable de filer à 600 km/h. La société américaine a fait la présentation de ce concept révolutionnaire au début de ce mois de juillet rapporte Futura-Sciences. Selon l’entreprise, qui a déjà mis au point un train pour voyageurs atteignant plus de 1.000 km/h, son projet va permettre d’apporter au transport de marchandises « une vitesse équivalente à celle de l’avion, mais au coût du train ».

Baptisé HyperPort, ce projet va permettre de livrer 2.800 conteneurs par jour. La marchandise sera acheminée « en quelques minutes au lieu de plusieurs heures », souligne Hyperloop TT. De plus, l’empreinte carbone de l’HyperPort est nulle. L’idée est moins de concurrencer le train que le transport maritime, en déplaçant « les ports à l’intérieur des terres ».

Se libérer du transport maritime

« En utilisant la même technologie que nos systèmes passagers, l’HyperPort pérennise les chaînes d’approvisionnement et libère des espaces en bord de mer qui seraient autrement utilisés pour les ports de transport maritime », explique Andres De Leon, PDG d’HyperloopTT. Avantage de l’HyperPort par rapport au transport maritime ? Comme pour le transport des voyageurs, le fret est effectué via un tube fermé sous faible pression, les aléas climatiques ne peuvent donc pas retarder le convoi. Il n’y a pas non plus de croisement de train et on évite la délicate pollution du bord de mer en cas d’accident.

Hyperloop TT n’est pas la seule entreprise à présenter son projet. Les sociétés TransPod et Virgin Hyperloop ont aussi avancé sur le sujet. La dernière a même réalisé un test avec deux passagers à bord sur une longueur de 500 mètres à North Las Vegas dans le Nevada (États-Unis), rapporte Futura-Sciences. La société se tient prête à lancer la commercialisation en 2027.

Hyperloop TT n’en est pas là. L’entreprise américaine ne dispose que d’un tunnel d’essai de 320 mètres près de Toulouse. Un autre d’un kilomètre tarde à voir le jour. Ce projet sera présenté en réalité virtuelle à Hambourg en octobre prochain lors du Congrès mondial sur les systèmes de transport intelligents (ITS).