Amazon : Près de 130.000 objets invendus sont détruits chaque semaine au Royaume-Uni

GÂCHIS Le modèle économique de l’entreprise au Royaume-Uni permet cette pratique

20 Minutes avec agence

— 

Le logo d'Amazon.
Le logo d'Amazon. — Michel Spingler/AP/SIPA

Une vidéo tournée en caméra cachée par le média britannique ITV News montre des salariés d’un entrepôt Amazon situé au Royaume-Uni en train de détruire des stocks d’invendus. Parmi le matériel détruit figurent notamment « des ventilateurs Dyson, des aspirateurs, des produits Apple ou encore 20.000 masques chirurgicaux encore sous plastique », selon un ancien employé.

En l’espace d’une semaine, « notre objectif était de détruire jusqu’à 130.000 objets par semaine », a expliqué un ancien employé du centre de Dunfermline au média britannique. Lors de leur enquête, les journalistes ont pu avoir accès à des documents révélant, par exemple, que 124.000 produits portaient la mention « destruction » et 28.000 l’inscription « donation ».

Une loi interdit cette pratique en France

Cet immense gâchis s’explique notamment par le modèle économique d’Amazon. La société facture des frais de stockage de plus en plus élevés aux vendeurs qui souhaitent passer par sa marketplace, à mesure que le temps passe. Lorsqu’ils se retrouvent avec des invendus, ceux-ci préfèrent souvent qu’Amazon procède à la destruction de ces produits plutôt que de les récupérer à leurs propres frais.

Si en Angleterre cette pratique n’est pas illégale, en France une loi datant de 2019 oblige au réemploi, don et recyclage des invendus. Cela avait été décidé à la suite d’un reportage de Capital, diffusé sur M6, dans lequel on pouvait voir des produits détruits dans un entrepôt Amazon de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), précise BFMTV à ce sujet.