Électricité : Pas facile de comparer les offres des fournisseurs

ARGENT Si la majorité des Français sont soumis aux tarifs réglementés de l’électricité, les offres alternatives gagnent un peu plus de terrain chaque année

Julie Polizzi pour 20 Minutes
— 
Le comparatif des offres d'électricité demande une bonne dose de patience et de rigueur !
Le comparatif des offres d'électricité demande une bonne dose de patience et de rigueur ! — IStock / City Presse

Pas facile de s’y retrouver dans les offres d'électricité lorsque les conditions de fixation du prix de l' énergie varient d’une formule à l’autre. Les tarifs réglementés d' EDF évoluent une à deux fois par an, tout comme les offres à prix indexé, puisqu’elles suivent la même fréquence en appliquant un niveau d’indexation défini dans le contrat (par exemple -10 % sur le prix du kWh). À l’inverse, les offres à prix fixe s’engagent à figer ce tarif pendant une période donnée, qui varie de un à trois ans. Mais attention, le coût de l’abonnement et des taxes peut être modulé dans le même temps.

Enfin, il existe des offres dans lesquelles l’évolution du prix obéit à d’autres règles. Certaines sont notamment indexées sur les marchés de l’énergie. C’est ce qu’on appelle les offres à tarification dynamique. Le problème, c’est qu’elles impliquent une fluctuation beaucoup plus importante : le prix de l’énergie varie tous les jours et toutes les heures. Il faut alors pouvoir reporter une grande partie de sa consommation en dehors des heures de pointe, où les prix sont les plus élevés, au risque de gonfler sa facture.

Le bon comparatif

Comparer efficacement les offres d’électricité est d’autant plus compliqué qu’outre l’évolution du prix de l’énergie, il faut aussi prendre en considération les deux autres éléments de votre facture, à savoir le coût de l’abonnement et les taxes. Et ne vous laissez pas avoir par les publicités alléchantes qui annoncent 10 ou 20 % de réduction par rapport aux tarifs réglementés d’EDF. Le plus souvent, la promotion s’applique uniquement sur le prix du kWh, ce qui peut faire une réelle différence sur la facture globale en fonction de l’importance de ces autres coûts…

Quels conseils donne alors le Médiateur national de l'énergie ? Plutôt que de se fier aux mensualités estimées par les fournisseurs, il recommande de « comparer la partie fixe (l’abonnement) et la partie variable (la consommation en kWh), en utilisant les montants toutes taxes comprises (TTC) ». De même, pour les formules « heures pleines/heures creuses », il faudra comparer les deux niveaux de prix du kWh selon la plage horaire. Et parce que le prix ne fait pas tout, pensez aussi à vérifier les services de gestion de clientèle (moyens de paiement acceptés, modes de transmission des index auto-relevés…) et l’éventuel positionnement environnemental du fournisseur (offres vertes ou compensées carbone).