Brexit : Pourquoi Eurotunnel est toujours privé de « duty free » côté français

CONCURRENCE Malgré la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, Getlink (Eurotunnel) n’a pas obtenu l’autorisation d’ouvrir une zone de « duty free » du côté français

Mikaël Libert

— 

Il n'y a toujours pas de duty free côté français.
Il n'y a toujours pas de duty free côté français. — M.Libert / 20 Minutes
  • Malgré la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, Eurotunnel n’a toujours pas l’autorisation d’ouvrir un duty free côté français.
  • La direction et les salariés du Tunnel dénoncent une distorsion de la concurrence.
  • En effet, les ports du nord de la France et les aéroports disposent déjà de boutiques détaxées.

Contre le cours de l’histoire. Alors que la Grande-Bretagne n’est plus membre de l’Union européenne depuis janvier dernier, les cafouillages post-Brexit continuent. Parmi eux, il y a la question de l’ouverture de boutiques de «duty free» par l’opérateur du tunnel sous la Manche, Getlink, ex-Eurotunnel. Manifestement, ça bloque côté français ou européen et la direction de l’infrastructure, soutenue par ses salariés, commence à trouver le temps long. D’autant que Getlink assure disposer d’une « autorisation historique » et que les transports concurrents ont déjà ouvert leurs boutiques détaxées.

« Entre 1994 et 1999, Eurotunnel disposait de boutiques de "duty free" de part et d’autre de la Manche. Historiquement, nous avions donc l’autorisation et aujourd’hui, nous sommes exclus du dispositif », s’indigne un porte-parole de Getlink auprès de 20 Minutes. Au gouvernement français, le tunnel lance donc l’appel « rendez-nous notre duty free ». « Le gouvernement français a autorisé les ports du Nord à ouvrir le leur mais pas nous, vous ne pouvez pas être les auteurs d’une telle injustice », renchérit Christelle Dehieux, la secrétaire du CSE d’Eurotunnel.

Une centaine d’emplois générés côté français

Pour Getlink, il s’agit donc d’une « distorsion de la concurrence » qui pénalise le tunnel au profit des ports et des aéroports desservant la Grande-Bretagne. « Incontestablement, la présence d’un duty free apporte de la clientèle. Sans oublier que cela génère des emplois », affirme le porte-parole de Getlink. Une centaine selon lui pour le seul terminal de Coquelles, côté français.

Alors pourquoi cela bloque-t-il ? Selon Getlink, Europe et gouvernement français se rejettent la balle pour savoir qui peut accorder cette autorisation. « Il y a aussi la question de la définition même d’Eurotunnel qui est une infrastructure ferroviaire plutôt qu’un port. Mais les aéroports ont bien des duty free eux », insiste le porte-parole. Un point de blocage administratif qui disparaît lorsque l’on traverse la Manche, la Grande-Bretagne ayant, elle, autorisé le tunnel à ouvrir des boutiques détaxées. Getlink espère être fixé définitivement avant l’été et la reprise des voyages touristiques.