Le chômage en pleine croissance

— 

Coup de chaud pour le baromètre officiel du chômage. Le nombre de demandeurs d'emploi recherchant un travail à temps plein en contrat à durée indéterminée a augmenté de 90 200 (+ 15,4 % comparés à janvier 2008), soit presque deux fois plus qu'au mois de décembre. Il s'établit désormais à 2,2 millions d'inscrits à Pôle emploi, la structure issue de la fusion de l'ANPE et des Assedic, a annoncé hier le ministère de l'Emploi. Cette augmentation constitue un record, qui bat largement le précédent atteint en novembre dernier (+ 64 000).

La hausse a touché davantage les hommes (+5,5 %) que les femmes (+ 2,9 %), et plus fortement les jeunes (+ 5,1 %) que les 50 ans ou plus (+ 3,9 %) ou les 25-49 ans (+ 4,1 %). Parallèlement, le nombre d'annonces déposées à Pôle emploi a chuté de 15,4 % par rapport à décembre et de 29,3 % comparé à janvier 2008. Le nombre de chômeurs, incluant les personnes disposées à accepter y compris un temps partiel, un CDD ou un intérim, a augmenté de 4,1 %, à 2,298 millions. Par ailleurs, les dizaines de milliers de personnes placées au chômage partiel n'apparaissent pas dans les statistiques officielles. La ministre de l'Economie Christine Lagarde, et le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez ont rappelé que, face à cette dégradation, « de nouvelles mesures d'accompagnement social ont été décidées » lors du sommet social du 18 février. Mais pour la CGT, « le décalage est criant entre la gravité de la situation et les réponses apportées par le chef de l'Etat ». La CFDT, elle, a attribué cette « brutale augmentation » notamment à « l'évolution du marché du travail qui a vu ces dernières années l'explosion des contrats précaires et atypiques » et aux « premiers plans sociaux intervenus en 2008 ». ■