Alimentation : Nestlé reconnaît que plus de 60 % de ses produits ne peuvent pas être qualifiés de bons pour la santé

MAUVAISE PUB Seulement 37 % de ses produits et boissons obtiennent une note supérieure à 3,5 étoiles sur 5

20 Minutes avec AFP

— 

Plus de 60% des produits Nestlé n'obtiennent pas une note suffisante pour être classés bon pour la santé.
Plus de 60% des produits Nestlé n'obtiennent pas une note suffisante pour être classés bon pour la santé. — Graeme Sloan/Sipa USA/SIPA

Le géant de l’industrie agroalimentaire Nestlé ne fait pas que des produits sains. Ça, ce n’est pas forcément une grande surprise. Ce qui l’est plus, c’est que la multinationale suisse le reconnaisse elle-même. Le journal Financial Times a eu accès au contenu d’une présentation interne diffusée aux cadres dirigeants de Nestlé.

Selon le quotidien britannique, le groupe a reconnu que plus de 60 % de ses grands produits alimentaires et boissons ne répondaient pas à « la définition de santé » établie par système de notation australien (notre Nutri-Score en France).

La nutrition infantile, médicale et pour animaux non concernés

Ainsi, seulement 37 % de ses produits et boissons obtiennent une note supérieure à 3,5 étoiles sur 5. Or, dans le système de notation australien, le produit alimentaire doit dépasser la barre des 3,5 pour être considéré comme bon pour la santé. Les dirigeants ont admis que certaines catégories « ne seront jamais saines », quelle que soit la façon dont le groupe les reformule.

Point rassurant : la nutrition infantile, celle pour les animaux de compagnie, le café ou encore la nutrition médicale ne font pas partie des 60 % d’aliments jugés non sains.

Nestlé dévoilera de nouveaux engagements

Après la publication de cet article, Nestlé a affirmé qu’il avait l’intention de modifier sa stratégie concernant ses produits alimentaires. « Nous nous concentrons d’abord sur la partie de notre portefeuille d’aliments et de boissons qui peut être mesurée à l’aide de systèmes externes sur le profil des nutriments », expliqué la porte-parole du groupe en citant le système australien et le Nutri-Score.

Le Financial Times assure dans son article que « les dirigeants de Nestlé sont en train d’examiner quels nouveaux engagements prendre sur la nutrition » et prévoient de « dévoiler un nouveau plan cette année ».