Marseille : Un nouveau centre de données pour rester dans le top des hubs Internet mondiaux

NUMERIQUE Un quatrième centre de données est en construction dans le port maritime de Marseille, confortant la place de neuvième hub mondial Internet de la cité phocéenne

Mathilde Ceilles
— 
Le chantier du datacenter MRS4 d'Interxion illustre la position dominante et méconnue de Marseille sur ce marché
Le chantier du datacenter MRS4 d'Interxion illustre la position dominante et méconnue de Marseille sur ce marché — Mathilde Ceilles / 20 Minutes
  • L’entreprise Interxion construit un quatrième data center sur le port maritime de Marseille.
  • La ville est en effet devenue le neuvième hub internet mondial, grâce notamment à sa position géographique stratégique.
  • Elle pourrait même entrer dans le top 5 d’ici deux ans.

Pour le moment, on ne voit que des ouvriers en chasuble orange et des grues, en ce jour officielle de pose de la première pierre. Mais sur cet immense terrain vague dans le grand port maritime de Marseille, en bordure d’autoroute​, va sortir de terre dès le deuxième trimestre 2022 un nouveau centre de données géant, d’une surface totale de 6.700 m².

Baptisée MRS4, cette infrastructure de l’entreprise Interxion, qui a investi pas moins de 125 millions d’euros dans ce chantier, sera le quatrième data center géant de cet acteur majeur du secteur en six ans d’implantation dans la cité phocéenne. Depuis quelques années, Marseille s’est en effet hissée à la neuvième place des hubs Internet mondiaux, devançant des mégalopoles comme Los Angeles sur ce marché en plein essor.

Initié par Robert-Louis Dreyfus

« Je ne vous cache pas que je suis assez étonné que parfois nos grands clients américains, comme Microsoft, Amazon ou Facebook, savent bien plus que la plupart des Français l’importance de Marseille en la matière », lance Fabrice Coquio, président d’Interxion France. Une histoire commencée en 1999, à la faveur d’une rencontre entre le maire de l’époque Jean-Claude Gaudin et l’ancien propriétaire de l’OM Robert-Louis Dreyfus, par ailleurs à la tête de l’entreprise de télécoms LDCom. « Je crois qu’on a été un des premiers à faire ça, estime le président LR de la région Paca Renaud Muselier. C’est lui qui nous a amené le premier câble. »

Vingt ans plus tard, les eaux et les souterrains marseillais regorgent de câbles et ont transformé Marseille en un haut lieu d’échanges de données informatiques. « Marseille bénéficie d’un atout géographique, analyse Fabrice Coquio. C’est le moyen le plus court, donc le plus rentable et le plus rapide, pour relier l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Inde ou encore l’Asie vers le continent européen, et notamment Paris ou Francfort », deux autres hubs mondiaux.

Cinquième hub mondial en 2023

Une activité qui a des conséquences directes sur l’économie locale. « L’implantation de ce quatrième data center est une vraie preuve de l’attractivité du territoire marseillais pour les entreprises stratégiques, se réjouit Juliette Trignat, secrétaire générale de la préfecture des Bouches-du-Rhône. L’accueil de ces data centers est une vraie chance pour Marseille et une bonne nouvelle pour l’emploi. L’installation de chaque data center permet la création d’une trentaine d’emplois directs sur l’exploitation et de nombreux emplois indirects. »

Un récent contrat avec un client chinois a été signé par Interxion, afin de mettre en place en juin prochain un câble qui relie Marseille à la Chine en suivant la Route de la soie. En 2022, un autre câble va être opérationnel entre Marseille et l’Afrique, notamment pour servir les besoins de Facebook sur ce marché. Une success-story qui ne compte pas en rester là : Interxion entend faire de Marseille le cinquième hub Internet mondial d’ici deux ans.