Déconfinement à Nice : « On travaille et ça fait du bien », ravis de la reprise, les commerçants restent méfiants

CONSOMMATION Avec la réouverture le 19 mai et le week-end de Pentecôte, les clients « jouent le jeu et sont au rendez-vous depuis une semaine », d’après une commerçante niçoise

Elise Martin

— 

L'avenue Jean-Médecin à Nice, le 26 mai 2021
L'avenue Jean-Médecin à Nice, le 26 mai 2021 — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • Dans les Alpes-Maritimes, les commerces dits « non-essentiels » ont dû fermer mi-mars, après deux week-ends de confinements partiels et localisés.
  • Depuis une semaine, les commerçants observent un bon redémarrage, ravis d’accueillir à nouveau des clients.

Ce mercredi, en milieu de journée, l’avenue Jean-Médecin à Nice grouille de monde. Masqués et chargés de sacs, les Niçois sortent et achètent. Au bonheur des commerçants. « On observe une fièvre acheteuse, sourit Valérie derrière le comptoir de la bijouterie Abysse. Les gens n’ont pas forcément besoin, dans l’immédiat, des achats qu’ils font mais ils dépensent. Ils profitent ! En tant que commerçante, on espère que ça va durer parce que depuis une semaine, on travaille et ça fait du bien ».

Depuis mercredi dernier donc, les grandes comme les petites enseignes ont rouvert leurs portes, qui étaient fermées depuis plus de deux mois dans les Alpes-Maritimes. Vanessa Brakha, gérante du magasin de prêt-à-porter By Colette, souffle : « Le problème, c’est qu’on n’avait pas du tout anticipé la fermeture, qui a donc été très brutale. Et on ne pourra jamais rattraper ce qui a été perdu. Alors aujourd’hui, tant que le rideau est ouvert, on est satisfait. L’espoir tient à ça ».

Maintenir la trésorerie

Les clientes se bousculent dans son magasin. « Le premier jour, on a fait une très jolie réouverture, lance la gérante du magasin de vêtements. Depuis, ça s’étale un peu. Mais en général, ce sont des personnes qui viennent pour des conseils. Elles sont contentes de nous revoir et elles nous le disent. Avec ou sans budget, du moment qu’elles sont là, nous, on est ravi ! »

La même foule de personnes arpente les ruelles du Vieux Nice. Au magasin de décoration Baobab aussi, les locaux se sont montrés enthousiastes. « On veut que ça dure, indique Sylvie, à la tête de l’établissement. Le tout est de maintenir une trésorerie pour anticiper au maximum. L’année dernière, on avait bien travaillé donc ça nous donne confiance. Mais pour ce déconfinement, le redémarrage est plus calme. »

Des consommateurs compréhensifs et patients

Ce n’est pas le cas de Nicétoile qui abrite une centaine de boutiques. Son directeur, Patrick Nolier, affirme : « Cet épisode de déconfinement est meilleur que les deux autres. Les commerçants ont pris l’habitude de travailler avec tout ce process : les masques, le gel, les distanciations dans les enseignes. Mais c’est aussi le cas du côté des clients qui sont compréhensifs et patients. Depuis une semaine, on observe une reprise fluide avec des consommateurs moins frileux, sûrement parce qu’on a plus de recul qu’avant ».

Patrick Nolier nuance tout de même : « On reste toujours en dessous des fréquentations habituelles avec une diminution entre 10 et 15 % par rapport à la même période hors Covid ». Le gérant attend maintenant qu’une chose : le 9 juin et la réouverture complète de son centre commercial. Il espère de cette manière « fixer la clientèle » venue pour consommer dans ses boutiques mais aussi dans les restaurants de Nicétoile.