Toulouse : Plombé par la crise, l'aéroport mise sur les destinations du soleil pour redécoller cet été

TRANSPORT Alors que le trafic aérien a chuté au cours de la dernière année, l’aéroport de Toulouse-Blagnac rouvre des destinations cet été, comptant sur l’effet déconfinement, pour relancer son trafic

Béatrice Colin

— 

L'aéroport de Toulouse-Blagnac en période de crise sanitaire.
L'aéroport de Toulouse-Blagnac en période de crise sanitaire. — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Pour relancer son trafic passagers, en chute libre depuis le début de la crise sanitaire, l’aéroport Toulouse-Blagnac propose cet été 66 destinations.
  • Elles sont tournées essentiellement vers l’Europe et la Méditerranée, faciles d’accès avec un test PCR et sécurisées.
  • Pour lutter contre la tendance « avion-bashing », la plateforme a décidé de mettre l’accent sur ses actions en matière de développement durable.

Pas facile de passer de plus de 9,2 millions de passagers en 2019 à trois fois moins l’année suivante. Depuis un an, l’aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB) tente de limiter la casse née de la pandémie de coronavirus. Pour y parvenir, les responsables de la plateforme ont décidé de jouer la carte de la sécurité. « Notre priorité est de proposer un voyage agréable et serein pour tous les passagers », a martelé ce jeudi Philippe Crébassa, le président du directoire d’ATB qui a dévoilé une nouvelle identité visuelle de l’aéroport.

Cela passe par la poursuite des dispositifs, comme le maintien en zone publique des tests Covid-19 et PCR. Il faut dire que ces derniers sont désormais obligatoires pour sortir des frontières. Un précieux sésame, datant de moins de 72 heures, demandé par la plupart des pays d’Europe ou du bassin méditerranéen. Et ce sont vers ces destinations que les responsables du développement du trafic ont misé pour la reprise. Difficile en effet de se tourner vers des pays comme le Canada qui imposent une quatorzaine d’isolement à ses visiteurs.

Test PCR, le sésame des destinations

« Le test PCR est un vrai argument, qui permet de voyager facilement et sereinement sur l’Europe et vers des destinations soleil. En Amérique latine ou en Afrique, cela reste compliqué, les gens ne savent pas s’ils vont rester coincés », a expliqué de son côté Catherine Gay, directrice du développement de l’aéroport.

Au total, 66 destinations sont ainsi proposées au départ de Toulouse cet été, avec une nouvelle offre vers Las Palmas, aux Canaries. Le retour d’une base Ryanair permet de relancer ses lignes à destination de l’Europe, comprenant la Corse, Ibiza, Figari ou encore Minorque, dans les Baléares.

EasyJet a décidé de son côté d’ouvrir une ligne vers Rennes et Transavia vers Brest quand Air France lancera deux vols par semaine pour Alger et Oran dès que les frontières avec l’Algérie seront rouvertes.

La plateforme compte aussi sur le retour des rendez-vous économiques, notamment ceux qui se dérouleront au nouveau centre de congrès voisin, le MEET, qui entrera en fonction en septembre prochain, avec la Foire de Toulouse. Car pour l’heure, la clientèle affaires, qui représente une bonne partie du trafic, n’a pas encore repris le chemin de l’aéroport. Les habitudes de visioconférence et les restrictions budgétaires des entreprises sur les déplacements ont eu un impact fort, qui devrait durer. « Heureusement, au cours des mois passés, les vols à destination de Paris ont bien marché. Mais nous ne nous attendons pas à retrouver le niveau de trafic de 2019 avant 2025-2026 », poursuit Catherine Gay.

Pour contrer la tendance de fond d’avion-bashing et reconquérir une partie des passagers sensibles aux questions de l’environnement, ATB a aussi décidé de jouer la carte « développement durable ». Sa direction va ainsi mettre l’action sur sa chaufferie biomasse qui doit alimenter en chauffage trois des quatre halls de l’aérogare en octobre ou encore sur son accréditation pour une neutralité carbone dès cette année.