Coronavirus : Bercy prolonge jusqu’à fin août, tout en les diminuant, les aides aux secteurs en difficulté

CRISE L’indemnisation, octroyée par le fonds de solidarité, sera limitée en juin à 40 % de la perte de chiffre d’affaires, puis 30 % en juillet et enfin 20 % en août

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministère de l'Economie et des Finances, à Paris (illustration).
Le ministère de l'Economie et des Finances, à Paris (illustration). — Clément Follain / 20 Minutes

Les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire vont pouvoir continuer de compter encore un temps sur le soutien de l’Etat, même si celui-ci va se réduire. Les aides publiques aux entreprises de ces secteurs seront maintenues mais diminuées entre juin et août, a détaillé le ministère de l’Economie lundi.

Le fonds de solidarité, qui indemnise actuellement les entreprises du tourisme, de la culture, du sport, de l’événementiel et des secteurs connexes (listes S1 et S1 bis) à hauteur de 20 % de leur chiffre d’affaires réalisé avant la crise, est maintenu pour ces trois mois. Mais l’indemnisation sera limitée en juin à 40 % de la perte de chiffre d’affaires (CA), avec toujours un plafond d’indemnisation de 20 % du CA. En juillet, elle sera ensuite limitée à 30 % et en août à 20 % de la perte de CA, toujours avec le même plafond.

Encore des discussions pour l’évènementiel

Il y aura aussi un seuil minimal de perte de CA pour pouvoir être indemnisé qui devrait être fixé à 10 % mais n’a pas encore été définitivement arrêté, a encore indiqué le ministère de l’Economie. Par ailleurs, la prise en charge par l’Etat de la masse salariale​ des entreprises de ces secteurs passera de 20 % actuellement à 15 % pour les mois de juin, juillet et août.

Enfin, le reste à charge des employeurs de ces secteurs pour le chômage partiel sera maintenu à 0 % en juin, puis passera à 15 % en juillet et à 25 % en août. Par ailleurs, avec l’évènementiel, des discussions se poursuivent pour compléter ce dispositif dans la mesure où ce secteur connaît une faible activité durant l’été, a-t-on expliqué à Bercy.

Un projet de décret qui doit être présenté cette semaine par le gouvernement au Parlement prévoit une allocation supplémentaire de 6,7 milliards au fonds de solidarité, ainsi que 500 millions de plus pour le chômage partiel. Les quelque 30 milliards d’euros disponibles pour 2021 ne seront donc pas suffisants, surtout pour le fonds de solidarité qui est devenu le dispositif de soutien le plus coûteux.