Un proche de Nicolas Sarkozy à la tête de la Caisse d'Epargne-Banque populaire?

FUSION Il s'agirait de François Pérol, secrétaire adjoint de l'Elysée et ancien de Rothschild et Compagnie...

Avec agence

— 

Le conseil de surveillance de la Caisse d'Epargne a autorisé le directoire à "entamer des discussions" avec le groupe Banque Populaire "en vue du rapprochement de leurs organes centraux", a annoncé mercredi l'Ecureuil dans un communiqué.
Le conseil de surveillance de la Caisse d'Epargne a autorisé le directoire à "entamer des discussions" avec le groupe Banque Populaire "en vue du rapprochement de leurs organes centraux", a annoncé mercredi l'Ecureuil dans un communiqué. — Paz Pizarro AFP/Infographie

Une décision sur une fusion entre la Caisse d'Epargne et la Banque Populaire interviendra «cette semaine», a déclaré ce dimanche à Berlin le président Nicolas Sarkozy.

François Pérol, secrétaire adjoint de l'Elysée et ancien de Rothschild et Compagnie, devrait prendre à partir du 27 février la direction de la banque qui sera issue de la fusion, affirmaient samedi «Mediapart» et Le Point.fr.

En outre, l’Etat va entrer au capital de la nouvelle banque à hauteur de 20%, ajoute «Mediapart».

«Le patronat Sarkozy»

A l'Elysée, on confirme qu'une réunion a eu lieu samedi au sujet de la fusion mais on nie qu'une décision ait été prise concernant le dirigeant de la future banque.

Le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a dénoncé ce dimanche sur Radio J cette éventuelle nomination. Si ce dernier est favorable à ce que «l'Etat rentre au capital de la (nouvelle) banque», il a déclaré que «le choix du numéro deux de l'Elysée, c'est-à-dire un ami personnel de Nicolas Sarkozy, à la tête du deuxième groupe bancaire (...) participe d'une stratégie d'influence du président de la République dans les milieux économiques». Et d'ajouter: «Ce n'est pas que l'Etat Sarkozy, c'est le patronat Sarkozy (...) Si on veut avoir un Etat impartial, il aurait été intéressant de discuter avec la commission des Finances du Parlement du choix de celui qui pourrait être le meilleur représentant de l'Etat», a-t-il poursuivi.

«Illégal» selon Bayrou

Le président du MoDem, François Bayrou, a quant à lui affirmé ce dimanche que cette «nomination annoncée» était «illégale». «Tous les textes, à la fois de déontologie et du code pénal, indiquent qu'il est interdit à une personne ayant exercé l'autorité publique sur une entreprise privée, qu'elle soit fonctionnaire ou agent temporaire, d'exercer quelque fonction que ce soit dans cette entreprise avant un délai de trois ans révolus», a-t-il déclaré à l'AFP.

Or, «François Pérol a joué un rôle actif dans le dossier (...) jusqu'à convoquer jeudi dernier les dirigeants des deux entités dans son bureau» à l'Elysée, a rappelé le député des Pyrénées-Atlantiques.

Un mariage hâté par le gouvernement

La Caisse d'Epargne et Banque Populaire devraient annoncer jeudi leur union et donner naissance à la deuxième banque française, un mariage dont la conclusion a été hâtée par le gouvernement, soucieux de mettre un terme à des négociations tendues entre les deux banques. «Les derniers arbitrages sont faits ce week-end», écrit «Le Parisien» pour qui la naissance du deuxième groupe bancaire français sera finalisée ce dimanche soir. Le quotidien ajoute que Philippe Citerne, actuellement directeur général délégué à la Société générale, pourrait devenir le numéro 2 de François Pérol.

Les deux groupes mutualistes s'apprêtent à publier le même jour des pertes historiques en 2008, selon la presse, en partie plombés par Natixis, qui pourrait perdre plus de 2,5 milliards d'euros.