Coronavirus en Bretagne : Portée par l’agroalimentaire et le numérique, la région a fait mieux que résister à la crise

EMPLOI La Bretagne reste toujours la région avec le taux de chômage le plus faible

Jérôme Gicquel

— 

Le secteur agroalimentaire continue toujours d'être un gros pourvoyeur d'emplois en Bretagne.
Le secteur agroalimentaire continue toujours d'être un gros pourvoyeur d'emplois en Bretagne. — Mathieu Pattier / SIPA
  • Moins touchée que les autres régions par la pandémie de coronavirus, la Bretagne résiste bien au niveau économique.
  • Elle affiche ainsi le taux de chômage le plus faible de France.
  • Les perspectives d’embauches s’annoncent également prometteuses en 2021, notamment chez les cadres.

Tant que la crise économique et sanitaire ne sera pas derrière nous, on se gardera bien de sauter de joie. Mais dans ce contexte pourri, force est de constater que la Bretagne tient le choc. La région a, il est vrai, moins souffert que les autres de la pandémie de coronavirus. Et pendant que de nombreux secteurs étaient à l’arrêt, des piliers de son économie comme l’agroalimentaire, l’agriculture ou le numérique ont continué à turbiner l’an dernier. Résultat, la Bretagne affichait à la fin 2020 un taux de chômage de 6,5 %, soit le taux le plus bas des régions françaises. Cette tendance se confirme au premier trimestre avec un recul du nombre de demandeurs d’emploi de en catégorie A (sans activité) de 1,1 %, contre seulement 0,3 % à l’échelle nationale.

« La dynamique est extrêmement positive pour l’économie bretonne », souligne Frédéric Sévignon, directeur de Pôle Emploi Bretagne. Il en veut pour preuve les résultats de l’enquête Besoins en main d’œuvre (BMO) sur les projets de recrutement des entreprises bretonnes cette année. Elle recense sur la région 139.060 intentions d’embauche en 2021, soit une augmentation de 5,6 % par rapport à 2019, soit avant la crise sanitaire. Si beaucoup de ces emplois sont saisonniers comme dans l’agriculture ou la restauration, plus de 62 % sont tout de même des emplois durables.

Un nombre record de recrutements de cadres prévu

Pour les cadres, les perspectives d’embauches sont également au beau fixe. L’an dernier, 8.160 recrutements avaient ainsi eu lieu, notamment dans les secteurs des services, de l’industrie et de l’informatique. La Bretagne se distingue là encore puisque c’est la seule région française à avoir maintenu son niveau de recrutement de cadres l’an dernier. A titre de comparaison, les régions voisines des Pays-de-la-Loire et de la Normandie ont dévissé respectivement de 13 et 26 %.

« Dans ce contexte économique très particulier, la Bretagne a vraiment tiré son épingle du jeu en faisant preuve de résilience », indique Olivier Morin, délégué régional de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec). Alors que l’activité repart un peu partout, l’année 2021 s’annonce encore plus prometteuse avec des prévisions d’embauches de 8.900 cadres. « C’est un chiffre historique, supérieur au niveau d’avant-crise », se félicite Olivier Morin.