Air France-KLM creuse ses pertes au premier trimestre 2021

AVIATION Air France-KLM a été recapitalisé le mois dernier avec l’aide de l’Etat français, qui a doublé sa participation de 14,3 % à 28,6 %

20 Minutes avec AFP

— 

Un Airbus A320 exploité par Hop!, filiale d'Air France.
Un Airbus A320 exploité par Hop!, filiale d'Air France. — Massimo Insabato/Mondadori Portf/SIPA

Air France-KLM a du mal à redécoller. Selon un bilan dévoilé ce jeudi, le groupe franco-néerlandais a subi une nouvelle lourde perte de 1,5 milliard d’euros au premier trimestre 2021, dans un « environnement toujours difficile » pour le secteur aérien accablé par la crise sanitaire.

Les restrictions persistantes aux déplacements ont eu pour conséquence une chute de 73,4 % du nombre de passagers et de 57 % du chiffre d’affaires par rapport au premier trimestre 2020, et le début du second trimestre « ne montre pas d’amélioration notable » de l’activité, a indiqué le directeur financier, Frédéric Gagey lors d’une conférence de presse téléphonique. Il a espéré un « redémarrage » au cours de l’été.

Des fermetures de frontière très pénalisantes

Air France-KLM a été recapitalisé le mois dernier avec l’aide de l’Etat français, qui a doublé sa participation de 14,3 % à 28,6 %. La nouvelle chute du trafic passagers du premier trimestre 2021 par rapport à la même période de 2020 traduit la poursuite des fermetures de frontières face à la pandémie de Covid-19.

Air France-KLM, qui exploite en temps normal un important réseau long-courrier comme ses concurrents Lufthansa et IAG (British Airways, Iberia), y est très vulnérable. « On ne peut pas dire que la situation épidémique à ce stade, en tout cas au niveau international, se soit vraiment améliorée, même si on voit ici ou là des premiers chiffres qui montrent que les campagnes de vaccination commencent à produire leurs effets », a constaté Frédéric Gagey.

Des pertes qui dépassent les 7 milliards d’euros

Le groupe, dont les compagnies (Air France, KLM et Transavia) ont déployé au premier trimestre 48 % de leurs capacités (en sièges-kilomètres disponibles) de la même période de 2019, soit avant la pandémie, va légèrement les augmenter au second trimestre, à 50 %.

Au troisième trimestre, qui inclut la cruciale période estivale, « le groupe prévoit une capacité en sièges-kilomètres disponibles comprise entre 55 % et 65 % par rapport à 2019 », a détaillé Air France-KLM dans son communiqué. Malgré l’avancée des campagnes de vaccination, en particulier aux Etats-Unis, en Israël et en Europe, « on n’est pas encore dans une situation où chacun voyage librement, il faudra évidemment encore de nombreux mois avant d’arriver à une situation qu’on pourrait comparer à celle de 2019 », a souligné Frédéric Gagey. La pandémie a déjà fait perdre 7,1 milliards d’euros au groupe en 2020.